À qui appartient vraiment le stade de Milan ?

Jonathan Ferdinand - lundi 18 février 2019 2.3k Likes

C'est un stade légendaire, dans lequel deux équipes mythiques résident. C'est un stade avec deux noms différents, San Siro pour l'AC Milan, Giuseppe Meazza pour l'Inter, mais que l'imaginaire collectif connaît par cœur. C'est une enceinte historique du football italien et européen. Mais à qui appartient vraiment cet écrin dans lequel tant de destins se sont écrits ?

À l'origine, San Siro appartenait à l'AC Milan. Au début des années 1920, le président de l'époque Piero Pirelli a de grandes ambitions pour son club. Il décide de payer avec son argent personnel une nouvelle enceinte pour son club. En 1925, la construction du stade des Rossoneri commence. Treize mois plus tard, l'écrin de 35.000 places est terminé. Pendant ce temps, l'Inter vagabonde dans plusieurs stades de la ville de Milan. Toutefois, en 1935, une décision va tout changer dans l'histoire des deux clubs. L'AC Milan décide de vendre San Siro à la ville. Les Rossoneri ne seront donc restés propriétaire du stade que pendant 10 ans.

La colocation a du bon

Aussitôt, la mairie entreprend plusieurs rénovations. Mais ce n'est qu'en 1947 que l'Inter Milan débarque à San Siro. Les deux clubs deviennent colocataires du stade et payent un loyer à la maire de la ville. Le club nerazzurro, fondé par d'anciens dirigeants milanais à la suite d'une divergence au sujet des joueurs non-italiens, va désormais évoluer dans la même enceinte que son rival. La cohabitation est d'ailleurs certainement la meilleure chose qui pouvait arriver à cette rivalité AC – Inter. À chaque derby, un stade plein, une rivalité exacerbée et une ambiance incroyable. Chaque match entre les deux clubs de Milan constitue une vraie bataille territoriale.

Dans les tribunes, la cohabitation a donné lieu à des scènes et tifos exceptionnels par le passé. On pense notamment à l'énorme réponse en simultanée des fans de l'AC Milan au tifo des supporters de l'Inter en octobre 2018. Les Nerazzurri forment un serpent, les Rossoneri répondent en brisant le serpent. Une scène qui n'aurait pas pu exister sans la cohabitation, les supporters de l'AC n'auraient en effet pas eu une tribune aussi grande si San Siro n'était pas à eux le week-end suivant. La colocation a du bon.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté