Nasser Al-Khelaïfi monte au créneau au sujet du Fair-Play Financier

Jonathan Ferdinand - dimanche 20 mai 2018 723 Likes

D’ordinaire calme et mesuré dans ses prises de paroles médiatiques, Nasser Al-Khelaïfi a pour une fois décidé de laisser la langue de bois au vestiaire. Dans un entretien accordé dimanche au journal L’Equipe, le président du Paris Saint-Germain s’est montré franc sur de nombreux sujets et notamment le Fair-Play Financier qui menace toujours le club Rouge et Bleu. Sous le coup d’une sanction par l’UEFA pour un mercato trop dispendieux l’été dernier (222 M€ pour Neymar, 180 M€ pour Kylian Mbappé), le dirigeant du PSG se montre à la fois ferme et confiant.

Il voit mal, en effet, l’UEFA taper sur les doigts de son club. Le qatari estime que le PSG a joué le jeu du Fair-Play Financier, soit être à l’équilibre budgétaire. "On a toujours suivi les règles. C’est vrai que l’UEFA est très dure dans les discussions et parfois même injuste. Pour moi, honnêtement, ce serait surprenant, anormal et scandaleux d’être sanctionné. On ne fait rien de mal. On a respecté les règles. Les gens savent d’où vient notre argent, nous n’avons pas de dettes, nous avons des garanties. D’autres clubs dans d’autres Championnats étrangers ont des dettes. Si vous allez en Espagne par exemple, il y a beaucoup de clubs endettés."

"Tébas, le Bayern ? Devant moi il ne disent jamais rien !"

Mais Nasser Al-Khelaïfi a aussi eu un mot pour le président de la Liga, auteur de nombreuses sorties virulents au sujet du club parisien. "Concernant Javier Tébas et les dirigeants du Bayern Munich, devant moi, ils ne disent jamais rien ! Les grands clubs peuvent investir, ils en ont les moyens, ils n’ont qu’à en faire autant. Tout en restant à l’équilibre comme demandé par l’UEFA. Mais pourquoi le PSG ne pourrait pas le faire ? Il y a des clubs qui n’ont pas d’argent, dont on ne sait pas d’où il vient. Nous, on paye nos impôts et nos taxes. On est à l’équilibre. Il faut nous laisser tranquilles."

Concernant les sponsors, clé de voute pour satisfaire les obligations du Fair-Play Financier, Nasser Al-Khelaïfi a annoncé qu’il y en "aurait des nouveaux" prochainement. Nike et le PSG devraient conclure un nouvel accord, alors que Emirates devrait disparaître selon les dires du président parisien, qui discute désormais "avec d’autres candidats". Niveau sanction, le verdict de l'UEFA est attendu dans les prochaines semaines. Le PSG risque un blâme, une amende, une limitation de sa marge de manœuvre sur le marché des transferts ou encore une exclusion des compétitions de l’UEFA. Reste que les deux dernières sanctions paraissent hautement improbables. Affaire à suivre.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté