L'alcool pourrait bientôt faire son grand retour dans les stades français !

Florian M. - dimanche 10 mars 2019 3.9k Likes

"Aux supporters de Bordeaux ! Nous allons directement améliorer la nourriture et les boissons ! Il est inacceptable que nos fans fassent la queue." Ces propos peuvent paraître surréalistes, mais c'est de cette manière que le nouveau propriétaire des Girondins de Bordeaux Joe DaGrosa a lancé son projet de reprise du club il y a quelques mois. Pour lui, il est inconcevable que les personnes présentes dans le stade aient à se déplacer pour se ravitailler en nourriture et en boisson.

Si beaucoup ont pu le trouver étrange au premier abord, son projet n'est pas totalement incohérent. Pour un Américain qui découvre les législations françaises, cela peut faire peur. En effet, dans les stades de football américain, de basket ou de hockey, il existe des serveurs pour les différents consommables. Mais comment faire dans un pays où l'alcool est littéralement banni des stades ? Depuis la mise en place de la loi Évin en 1991, les Français n'ont plus le droit de consommer de la bière dans les tribunes. Cependant, les instances et les politiques semblent déterminés afin que cela change.

La LFP favorable à un retour

Si la Ligue de Football Professionnel (LFP) est d'accord pour le retour de la bière dans les travées, elle a récemment reçu le soutien de plusieurs parlementaires qui luttent actuellement pour l'édition d'une nouvelle loi. Cette loi viserait à réglementer la consommation, en permettant aux spectateurs de consommer dans l'enceinte du stade, et non à l'extérieur. Si "la bière ne transforme pas les supporters en hooligans" pour Mathieu Ficot, directeur du développement économique de la LFP, "elle renforce le côté convivial", et pourrait permettre au football de retrouver son aspect populaire.

Comme l'explique l'avocat et ex-président du club d'Épinal Stéphane Viry, "il faut sortir de l'hypocrisie de la loi actuelle. Le régime de dérogation est très inégalement appliqué sur le territoire. Il faut en finir avec cette discrimination entre les tribunes populaires où l'alcool est interdit et les loges VIP où il est autorisé."

En effet, la loi actuelle interdit la vente d'alcool dans les stades. Mais cette dernière ne s'applique pas aux loges et aux salons, qui bénéficient d'autorisations liées à la restauration. Toutefois, un club dispose de plusieurs dérogations, pouvant être accordées par le maire ou le préfet. Une petite loterie, donc, car en 2016, la LFP a demandé une dérogation à la mairie de Saint-Denis afin de mettre en vente de l'alcool léger lors de la finale de la Coupe de la Ligue. Quelques jours avant ce PSG-Lille, la mairie a finalement refusée la demande.

les supporters et les clubs gagnants ?

Cette saison, l'UEFA avait votée pour la vente d'alcool lors des rencontres de Coupes d'Europe dans les pays où la législation l'autorise. Malheureusement pour les fans français, il n'y avait donc pas de quoi être satisfaits. Mais la nouvelle a été relativement bien accueillie par les associations de supporters, qui y ont vu une mesure progressiste, avec de nombreux avantages.

Selon une enquête menée par deux économistes auprès de 20 000 lecteurs de L'Équipe en 2016, "les jeunes supporters iraient plus souvent au stade si la bière 'alcoolisée' était plus systématiquement autorisée." C'est notamment pour cette raison que le nouveau propriétaire des Girondins est désireux d'élargir la gamme de produits disponibles dans les points de vente du Matmut Atlantique. Boost d'affluence, augmentation des recettes, voici les possibles retombées positives que pourrait avoir un retour de la vente d'alcool dans les stades français.

Les associations de supporters sont majoritairement favorables pour le changement de la loi. Et comme l'explique le responsable de Football supporters Europe (FSE), "les supporters ont toujours ressenti cette politique comme paternaliste, alors qu'aucun élément probant ne suggérait qu'interdire l'alcool dans les stades pourrait avoir la moindre influence sur la prévention ou la réduction des troubles liés au football."

Et c'est peut-être ce qui inquiète les institutions françaises. Difficile de prévoir quels effets peut avoir l'accès "à volonté" à l'alcool dans les enceintes. Difficile d'anticiper les débordements. Mais il peut être conseillé de regarder à l'étranger, et de constater que l'alcool n'a causé aucune grande catastrophe dans les pays européens où la législation approuve la vente d'alcool au cours des dernières années.

Ne reste plus qu'à suivre l'évolution de la loi, qui pourrait changer dans les mois qui arrivent.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté