Que veulent dire les étoiles sur les maillots des clubs ?

Jonathan Ferdinand - samedi 06 octobre 2018 2.7k Likes

Hormis pour l'Uruguay, qui a remporté deux fois les JO puis deux Coupes du monde, les règles des étoiles sur les maillots des sélections sont simples. Une victoire dans un Mondial donne droit à une étoile au dessus du logo. Pour les clubs, les règles concernant les étoiles ne sont pas harmonisées à l’échelle européenne par l'UEFA ou la FIFA et sont bien différentes selon les pays.

C'est au gré des fédérations et/ou des clubs de décider. L'occasion de passer en revue les règles des différents pays, quand elles existent, certaines sont d'ailleurs assez surprenantes.

La logique italienne

La Juve a inventé le système d'étoile pour les maillots de club, en 1958, suite à son dixième titre de champion d'Italie. Vous l'aurez compris, de l'autre côté des Alpes, les étoiles concernent donc le Scudetto et pas la Ligue des Champions. Une étoile est obtenue une fois que dix titres nationaux sont remportés. C'est donc pour cela que l'on compte sur le maillot juventino trois étoiles, et pas pour trois C1 gagnées, la Juve n'en a de toute façon remporté que deux en 1985 et 1996, contre 34 Scudetti. Logiquement, l'AC Milan avec ses 18 Scudetti n'en compte (pour l'instant) qu'une, tout comme son grand rival l'Inter, champion le même nombre de fois.

L'attentisme anglo-espagnol

En Angleterre tout comme en Espagne, il n'y pas de règles particulières concernant les étoiles. Heureusement finalement, sinon le Real Madrid avec 13 Ligues des Champions aurait difficilement la place pour toutes les mettre sans rendre sa tunique laide. Idem, Manchester United avec ses 20 titres de Champion ou 3 C1, n'a pas d'étoile sur son maillot. Sur un ancien logo, Manchester City arborait trois étoiles, elles n'étaient que purement ornementales. Le nouveau logo sans étoile est peut-être un moyen de préparer le terrain en cas de victoire en C1. Vainqueur en 2012 de sa première Ligue des Champions, Chelsea n'a pas ajouté l'étoile alors que le club n'avait que pour obsession un titre continental.

La flexibilité française

En France, aucune règle précise et explicite n'existe. Il semblerait que ce soit au gré des clubs. C'est pourquoi l'AS Saint-Étienne a orné une étoile au dessus de son logo après avoir décroché dix titres de Champion comme la Juve. De son côté l'Olympique de Marseille a ajouté une étoile au dessus de son logo pour avoir décroché la Ligue des Champions en 1993. Reste à savoir ce que choisira le Paris Saint-Germain qui rafle tout sur la scène nationale : mettre une étoile pour les dix titres, ou attendre de remporter la C1 pour faire comme l'OM, à moins que la LDC ne vienne avant les dix titres en L1.

La rigueur allemande

Elle est bien connue, elle s'applique aussi pour les étoiles sur le maillot, la rigueur allemande. La règle est claire et explicite : trois titres donnent le droit à une étoile, cinq titres à deux, dix titres à trois étoiles et vingt titres à quatre étoiles. Ce qui explique les quatre étoiles du Bayern pour 28 titres en Bundesliga et les deux étoiles de Dortmund pour 8 titres de Champion d'Allemagne.

La réplique de l'UEFA

Face à ces multiples règles, l'UEFA, organisatrice de la Ligue des Champions a décidé de créer son propre badge, histoire de différencier ceux qui ont le plus brillé dans ses compétitions. Ainsi, le "badge d'honneur" vient se poser sur la manche gauche des maillots des clubs ayant remporté au moins 5 C1 ou 3 C1 consécutives (Ajax, Bayern, Real). Au milieu de ce badge figure le nombre de trophées remportés. Seuls le Real Madrid (13), Milan (7), Barcelone (5), Bayern Munich (5), Liverpool (5) et l'Ajax peuvent se targuer de porter ce badge d'honneur.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté