Pourquoi le Barça, la Juve ou Man U sont avantagés sur les clubs français

Jonathan Ferdinand - mardi 19 février 2019 1.9k Likes

La semaine dernière, le journal espagnol El Pais publiait une enquête sur le FC Barcelone, dans laquelle le club catalan reconnaissait avoir souscrit deux prêts auprès de fonds d'investissements américains. Un emprunt qui pose question vis-à-vis du fair-play financier de l'UEFA, notamment vis-à-vis des dossiers parisiens, milanais ou mancuniens. Pourtant, il n'y a rien d'illégal selon l'économiste du sport Pierre Rondeau.

"La règle en théorie est connue depuis 2011, vous ne pouvez pas dépenser plus que ce que vous ne gagnez", a rappelé Pierre Rondeau sur RMC Sport. Alors comment expliquer l'emprunt de 140M€ du Barça sur 5 ans et avec un taux d'intérêt atteignant 1,8% ? L'économiste du sport répond à cette question : "C'est là que réside la subtilité du fair-play financier. C'est pas un contournement, c'est un respect des règles (...). Vous ne pouvez pas dépenser plus que ce que vous n'avez à l'instant T. Mais si à cet instant T, vous obtenez un crédit, c'est que vous avez de l'argent sur votre compte en banque. Si on regarde le Top 10 des clubs les plus endettés selon le rapport financier de l'UEFA, énormément de clubs sont endettés en parfaite légalité et le fair-play financier ne trouve rien à dire face à ça."

Si une dette de 140M€ est quelque chose "extrêmement dangereux", elle demeure "parfaitement légale" mais aussi "parfaitement solvable", précise le spécialiste. "Le fair-play financier accepte les dettes. Les dettes pour financer les besoins en trésorerie comme les salaires et les indemnités de transferts peuvent créer des problèmes et doivent être gérés efficacement. On les accepte si et seulement si c'est géré efficacement", poursuit-il. La dette contractée par le Barça n'est donc pas un souci selon Pierre Rondeau.

Les clubs étrangers avantagés par les lois fiscales :

L'économiste du sport toujours : "Le Barça a obtenu un crédit de 140M€ auprès de deux fonds d'investissements américains qui apportent caution et crédibilité. Deuxième élément : le montant de l'endettement. 140M€ sur 5 ans, cela correspond à 28M€ par an à rembourser, c'est rien pour un club comme le Barça ! Et si on précise que c'est un crédit pour rembourser la dette passée, comme le fait l’État français, on se retrouve à du 40M€ par an à rembourser." 28 à 40M€ par an à rembourser, c'est une infime partie de ce gagne le FC Barcelone par exercice.

D'après le rapport du cabinet Deloitte, paru en janvier, le Barça a gagné pas moins de 691M€ de revenu en 2018. Une manœuvre tout à fait légale et permise par les lois espagnoles. Un club comme le PSG, soumis à des lois fiscales différentes, contrôlé par la DNCG, ne peut pas agir de la sorte. Une liberté qui a indigné Emmanuel Petit. Le champion du monde 98 regrette que malgré l'existence de l'Union Européenne "tout le monde fait un peu tout et ce qu'il veut en fonction des lois de son propre pays."

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté