Une joueuse de l'OL raconte le harcèlement sexuel dont elle a été victime

Hugo LC - mardi 11 août 2020 0 Like

"Montre-moi des photos et je te ferai capitaine." Telles étaient les phrases que devait subir une jeune joueuse de l'Olympique Lyonnais au cours de l'année 2017. La radio local France Bleu Alsace a recueilli son témoignage, absolument glaçant. 

À l'été 2017, la joueuse Myriam*, 15 ans, réalise son rêve en rejoignant ce qui s'apparente au meilleur club d'Europe chez les féminines. Plutôt douée, elle s'entraîne avec les U19 la semaine, avant de revenir en U16 le week-end pour y disputer les matches. Mais très vite, son rêve vire au cauchemar. L'entraîneur des U16 de l'OL, un certain Yohan D., adopte une attitude plus qu'étrange envers elle ainsi qu'avec une autre joueuse. Il leur fait clairement des avances, qui tournent vite au chantage. 

"Montre-moi des photos et je te ferai capitaine"

"J’ai vite compris que ce n’était pas un coach comme les autres quand j’ai vu les messages qu’il m’envoyait. Par exemple, il m’écrivait : 'Je me sens bien quand t’es là.' Quand un coach dit ça, on n’a pas besoin d’avoir 20 ans pour comprendre ce que c’est. J’ai coupé court", explique la jeune fille à France Bleu Alsace. 

Myriam a beau "couper court", l'entraîneur des U16 insiste et la situation finit par déraper. "Il a réussi à m’atteindre autrement. Il me disait : 'Montre-moi des photos et je te ferai capitaine'", poursuit-elle. Perdue, Myriam va alors se confier à sa coéquipière, elle aussi victime des agissements de Yohan. "Je ne savais pas quoi faire. La seule chose que mon amie m’a dit de faire, c’est de ne rien dire. J’avais 15 ans, j’étais dans le football, j’étais avec elle, j’étais loin, j’ai dit d’accord. Elle voulait se protéger", avoue-t-elle, fataliste. 

En mai 2018, la situation s'empire. Lors d'un tournoi en Alsace, l'entraîneur des U16 commet l'irréparable. "Il s’est débrouillé pour changer les clés pour qu’on aille à son étage, pour avoir la main sur nous." Un soir, Yohan se glisse sous la couette de l'équipière de Myriam et se met à la toucher. Heureusement, une joueuse de U19 s'en aperçoit et avertit la direction, raconte Myriam. Dans la foulée, Sonia Bompastor, ex-joueuse de l'OL alors à la tête du centre de formation, annonce le départ de Yohan D.

"Le club a voulu acheter notre silence"

Seulement un mois après le licenciement de Yohan D., Myriam apprend qu'elle n'est pas conservée par l'Olympique Lyonnais. Le club rhodanien présume des performances sportives en-deçà de ses espérances. Or, les parents de Myriam affirment que l'OL avait promis, par oral, de conserver Myriam au moins pour trois saison. S'ensuit alors une bataille juridique tenace. 

Au printemps 2019, l'Olympique Lyonnais renoue le contact avec Myriam et sa famille. "Le club a proposé à notre premier avocat une somme de 15 000 euros pour acheter notre silence. On a opposé un refus catégorique. Pour nous, ce n’était pas nos attentes, ce n’est pas une question d’argent, mais une question d’honneur", explique le père de la jeune fille. 

En parallèle, la justice place Yohan D. en examen, tandis que Myriam voit sa demande d'être réintégrée au centre de formation de l'OL refusée, le tribunal évoquant un vide juridique. 

Et maintenant ?

Myriam et sa famille ne comptent pas s'arrêter là. Ils ont récemment entamé une procédure au civil et réclament désormais plus de 2 millions d'euros de dommages à l'Olympique Lyonnais. L'audience devrait se tenir en début d'année 2021.

Myriam, elle, continue de rêver d'une carrière de footballeuse. Elle a joué au FC Metz, à l'Olympique de Marseille et s'entraîne aujourd'hui avec le Racing Club de Strasbourg.

De leur côté, les dirigeants de l'OL, par le biais de leurs avocats, continuent d'affirmer que Myriam a été écartée pour des raisons sportives, et rien d'autre. 

* Le prénom a été modifié.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté