Mondial 2018 : le match qui a tout changé pour l'équipe de France

Jonathan Ferdinand - jeudi 19 juillet 2018 2.2k Likes

Plus les jours passent, plus la folie de la Coupe du monde s'estompe. Après un mois de pures émotions, retour à la réalité et aux journées sans matches. Petit à petit, l'attention va revenir sur les clubs qui dictent le reste de l'année notre quotidien footballistique. La tête encore dans les étoiles, Blaise Matuidi s'est longuement confié mercredi au Parisien. Dans les colonnes du quotidien, le milieu de la Juventus est revenu sur le déclic des Bleus en Russie.

Et surprise, ce n'est pas après avoir sorti le quintuple Ballon d'Or Leo Messi en huitièmes que l'équipe de France est devenue un rouleau-compresseur : "Le déclic n’a pas été le match contre l’Argentine comme beaucoup semblent le penser. La vraie bascule, elle se passe contre le Pérou. Ce jour-là, on se retrouve comme si on était à Lima, en Amérique du Sud. Je n’avais encore jamais connu ça. Vu de France, je sais que ce match était vu comme une formalité. En fait, il a été l’un des plus difficiles de notre Mondial. D’ailleurs, pour moi, le Pérou ne méritait vraiment pas de s’arrêter dès la phase de poules. Il a fallu être solide, bien défendre, attaquer, marquer. Mais à la fin, l’entraîneur se dit : 'Ça y est, je pense avoir mon équipe type.' "

Les Bleus pas apeurés par l'Albiceleste

L'ancien joueur du Paris Saint-Germain est d'ailleurs revenu sur le match de l'Argentine. Quand tout un pays était anxieux du fait des nombreux rebondissements, les Bleus eux, étaient sûrs de leur force. "Pour vous dire la vérité, on n'a jamais tremblé dans ce match, a confié Blaise Matuidi. Même quand nous sommes menés 2-1, on sait qu'on va avoir des occasions de leur faire mal. Cela se voyait, cela se sentait. Ce n'était pas une grande équipe d'Argentine." Une force de caractère qui a joué dans les matches couperets, à n'en pas douter.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté