Pourquoi l'arrivée de Médiapro est une excellente nouvelle pour la Ligue 1

Jonathan Ferdinand - mercredi 30 mai 2018 748 Likes

Si les orages sévissent sur une bonne partie de la France depuis dimanche, c'est bien au siège de la LFP que le coup de tonnerre le plus retentissant a été constaté, ce mardi soir. Après 34 ans de diffusion de la 1ère Division, puis de la Ligue 1, Canal+ a perdu les droits TV du produit qui a largement contribué à son succès. Le groupe espagnol Médiapro et BeIN Sports, dans une moindre mesure, sont ressortis grands vainqueurs de l'appel d'offres pour les droits TV de la L1 sur la période 2020-2024. Dans deux ans, Canal+ ne diffusera donc plus sur ses antennes les matches du vendredi soir, ni ceux du samedi après midi, sans oublier l'affiche du dimanche soir.

Le résultat de cet appel d'offres fait grand bruit depuis sa révélation. Mais quels changements va-t-il impliquer réellement ? Le téléspectateur va-t-il vraiment être pénalisé ? Éléments de réponse avec Bertrand Desplat, président de l'En Avant Guingamp et Aurélien Sadrin, expert média chez News Tank Football, agence spécialisée dans l'économie du football, qui ont accepté de répondre aux questions de la rédaction d'Oh My Goal.

La Ligue et les clubs grands gagnants ?

Avec un chèque de 1,153 milliard d'euros par an à partir de 2020, soit une augmentation de 60% par rapport à la période 2016-2020, les attentes de la LFP et des clubs sont forcément satisfaites. Pour un club comme Guingamp, un tel deal, c'est tout bénéf : "C'est une grande satisfaction. Pour nous les clubs, ça nous donne 6 ans de visibilité pour réaliser des investissements structurels, nous explique Bertrand Desplat. Ça va nous permettre d'améliorer encore la qualité d'accueil de nos stades, d'améliorer la qualité des infrastructures pour nos jeunes et surtout de pouvoir lutter financièrement pour les garder plus longtemps." Une bonne chose pour les clubs, qui, plus riches, pourront peut-être rivaliser avec les autres championnats sur les transferts à partir de 2020. Idem pour la Ligue, donc, qui va pouvoir continuer sa modernisation.

Les téléspectateurs pas (forcément) perdants ?

Si nombreux sont les internautes à se plaindre de voir apparaître une nouvelle chaîne, les téléspectateurs ne devraient en fait pas être pénalisés. "Canal est remplacé par Médiapro, ce n'est a priori pas pénalisant pour le fan foot, affirme Aurélien Sadrin, analyste des médias sportifs. Ce qui l'est plus, c'est la situation avec 3 acteurs : SFR, l'alliance BeIN-Canal et Mediapro qui sera un peu nouvelle avec l'arrivée de la Ligue des Champions sur RMC Sport et la Ligue 1 sur deux autres diffuseurs." De son côté, le président de l'EAG comprend l'inquiétude des fans de foot mais ne la partage pas : "Il faut rassurer les téléspectateurs. La LFP a deux ans pour monter le nouveau dispositif avec les diffuseurs. Ils communiqueront aux fans de foot sur la façon dont ils pourront accéder à la Ligue 1. Laissons les acteurs et le temps agir."

Canal+ est-il mort ?

Quid de la chaîne cryptée ? "La Quatre" s'est développée en grande partie grâce à son offre de foot. En 2020, elle n'aura plus rien. Ni Ligue 1, ni Ligue des Champions, ni Coupe de la Ligue puisque ces derniers droits s'achèveront cette année-là. Une mort assurée ? Pas sûr selon notre expert média : "Canal peut éventuellement nouer un partenariat avec Médiapro comme Médiapro l'a fait avec beIN Media Group en Espagne. Sinon, à défaut d'être la mort de Canal, c'est a minima la fin d'une époque et peut-être le début d'un nouveau modèle axé principalement ou exclusivement sur la création de contenus cinémas ou séries, sorte de Netflix français." Bertrand Desplat envisage la même solution : "Peut-être que Canal va s'entendre avec Médiapro comme il l'a fait avec BeIN et qu'il aura toujours la L1 via la chaîne de Médiapro diffusée CanalSat." Affaire à suivre donc, mais après BeIN Sport puis SFR, ce troisième coup est rude pour Canal.

La Ligue 1, roue de secours pour médiapro ?

Si Médiapro sourit avec la Ligue 1, il a malgré tout subi un gros camouflet en Italie ces derniers jours. Le groupe espagnol a en effet perdu les droits TV italiens de la Serie A pour la période 2018-2021 alors qu'il les avait acquis pour 1 milliard d'euros par an en février. La faute à un imbroglio juridique avec la Ligue italienne et le diffuseur historique de la Serie A Sky. Médiapro aurait en effet refusé de déposer 1 milliard d'euros en guise de garanties bancaires. Faut-il craindre pour la L1 ? Pas forcément. Le groupe a été racheté par un fond d'investissement chinois solide en février dernier. En revanche, la L1 est-elle une roue de secours ? Pas sûr non plus. "Il est trop tôt pour dire si la France est une solution de secours pour Médiapro, note Aurélien Sadrin. Mais s'ils investissent en France, c'est qu'ils considèrent que le marché de la TV payante sur le sport peut encore être développé." Médiapro souhaite grandir à l'international et pour cela, il a frappé fort sur le marché français. Très fort.

Un effet neymar ?

Interrogés sur la question, nos deux intervenants n'expliquent pas cet accord record par la présence de Neymar dans le championnat de France. Pour Bertrand Desplat, "la Ligue 1 est un produit bien plus global, même si la présence d'une star comme Neymar est bien sûr favorable." Notre analyste média Aurélien Sadrin avance une autre explication : "Les droits commencent en 2020 et on ne sait pas si Neymar sera encore dans le championnat. De plus, on est sur des droits domestiques, pas sur des droits internationaux, là où l'effet Neymar devrait se faire ressentir. Malheureusement pour la Ligue, ils ont vendu leurs droits internationaux à Bein Media Group sur la période 2018-2024 en.... 2014." En substance, pas sûr que la LFP profite pleinement de l'effet Neymar un jour...

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté