Un club de Ligue 1 bientôt racheté par la plus grosse fortune d'Angleterre

Florian M. - samedi 06 avril 2019 531 Likes

Depuis l'arrivée de QSI (Qatar Sport Investments) à la tête du Paris Saint-Germain en 2011, les investisseurs étrangers sont de plus en plus nombreux dans le paysage du football français. Franck McCourt à Marseille, Joe DaGrosa à Bordeaux, Gérard Lopez à Lille, Dimitri Robolovlev à Monaco... Des acteurs qui arrivent dans le milieu pour obtenir des résultats sportifs mais aussi financiers.

En fin de semaine, le quotidien azuréen Nice-Matin révélait que l'homme le plus riche de Grande-Bretagne s'intéressait de près au club local, l'OGC Nice. Passionné de sport, Jim Ratcliffe a très récemment racheté l'équipe cycliste Sky, pour la renommer Ineos, sa firme de pétrochimie. Investir sur la Côte d'Azur semble logique pour lui, qui réside principalement à Monaco.

Une "clause" à 100 millions

Selon les informations du quotidien, Jim Ratcliffe aurait déjà transmis une offre de 90 millions d'euros aux actuels propriétaires du Gym. Cependant, ces derniers attendraient un chèque rond de 100 millions d'euros. Une somme presque dérisoire pour celui dont la fortune est estimée à environ 25 milliards d'euros. Le prix de vente pourrait varier en fonction des modernisations apportées par les sino-américains qui possèdent pour l'instant 80% des parts du club.

Dans Nice-Matin, le frère de Sir Jim Ratcliffe aurait indiqué quels étaient les projets pour l'OGC Nice. "Des investissements conséquents, un plan de développement clair et ambitieux sur le long terme. La Ligue des Champions est un objectif, bien sûr. Paris est dans une autre galaxie, mais je pense qu'il y a de la place derrière. Pourquoi pas rivaliser avec Lyon, Marseille, Monaco... Pas dès la première saison, il faut un peu de temps pour que les choses se mettent en place."

"On veut acheter un club, le développer et lui faire franchir un palier. C'est la mentalité d'INEOS, nos valeurs. Nice est une équipe du milieu de tableau mais je sais qu'elle finit souvent plus haut avec une bonne équipe et un bon management", a ainsi conclu Robert Ratcliffe.

Ne leur reste plus qu'à trouver un accord avec les actuels actionnaires du club niçois.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté