Le comportement déplorable du Barça sur le marché des transferts

Jonathan Ferdinand - vendredi 03 août 2018 2.3k Likes

Le monde des affaires est impitoyable, le football et le marché des transferts n'échappent pas à la règle. À chaque mercato, ses feuilletons et son lot de clashs, déclarations chocs ou conflits entre clubs. Cette année, c'est le comportement du FC Barcelone qui est dans le viseur de certains observateurs et certains clubs. Le club catalan est accusé d'avoir une attitude très borderline cet été. Un comportement loin du standing du Barça.

Même l'ancien de la maison Xavi critiquait récemment la politique de recrutement du club catalan. "Ça fait des années que le Barça dort. Les transferts font de la peine. Ils ne savent pas ce qu'ils font. Ce qu'ils décident ne mène nulle part", déclarait au début de l'été la légende catalane selon Radio Estel. Une critique tant sur la forme (joueur recrutés) que le fond (moyens pour les attirer). Si depuis l'hiver dernier le recrutement est plus intéressant (Coutinho, Lenglet, Malcom, certainement Vidal), la gestion laisse quelque peu à désirer. Passage en revue des affaires et épisodes qui ont fait mauvaise presse au club aux 5 Ligue des Champions.

L'affaire Malcom...

Le feuilleton aura été bref mais à rebondissements. Lundi 23 juillet, tout est bouclé au sujet de l'avenir de Malcom. Les Girondins ont accepté une offre de l'AS Roma, l'ailier droit brésilien va prendre l'avion pour la capitale italienne et passer sa visite médicale. Mais le Barça décide de court-circuiter les Giallorossi avec un offre supérieure. Les Romains proposaient 32 M€ + 4M de bonus. Les Blaugrana ont surenchéri à la dernière minute avec une offre à 41 M€. Mardi 24 juillet, Malcom est un joueur du Barça et ne montra jamais dans le vol Bordeaux-Rome.

Depuis les relations sont glaciales entre Romains et Barcelonais. "Ils (FC Barcelone) savaient que le deal était fait. La preuve ils ont présenté leurs excuses quant à leur comportement dans cette affaire, mais je ne les accepte pas !", déclarait récemment le président romain James Pallota. La condition pour que le dirigeant du club de la Louve accepte les excuses catalanes est d'ailleurs totalement loufoque et hilarante. Reste que le FC Barcelone s'est fait un nouvel ennemi.

...et Vidal

Ce n'est pas tout, il pourrait s'en faire un deuxième. Au sein des mêmes frontières, l'Italie, un peu plus au Nord, du côté de Milan et la Lombardie. En effet, le Barça serait bien décidé à rééditer "l'affaire Malcom" avec sa petite sœur, "l'affaire Vidal". Tout proche de rejoindre l'Inter et séduit par le projet nerazzurro, Arturo Vidal aurait finalement changé d'avis après avoir reçu une offre de dernière minute de Catalogne. Le milieu de terrain chilien se serait même déjà mis d'accord avec le club catalan. De quoi faire grincer des dents du côté de l'Inter qui selon La Gazetta dello Sport s'était mis d'accord avec le Bayern Munich pour un prêt payant d'un an avec option d'achat.

ULTIMATUMS et clashs

En plus de court-circuiter des clubs en pleines négociations, le Barça s'est mis à dos plusieurs écuries pour son approche des joueurs. Souvenez-vous l'été 2017, lorsque le club catalan avait demandé à Marco Verratti de faire le forcing, pour ne pas dire aller au clash, avec les dirigeants du PSG afin d'obtenir un bon de sortie. Le transfert de Neymar avait tout changé. Reste qu'à chaque dossier mercato, les quotidiens sportifs catalans relatent à chaque fois la même consigne donné par le FC Barcelone à un joueur ciblé : faire le forcing pour rallier la Catalogne.

Le dernier exemple en date est le prétendu ultimatum donné à Adrien Rabiot, relayé là encore par la presse catalane. Le milieu de PSG, comme son coéquipier Verratti avant lui, a été sérieusement approché par la cellule de recrutement des Blaugrana maintenant incarnée par Eric Abidal, le nouveau directeur sportif. Face à l'enlisement du dossier, le Barça aurait fixé un ultimatum au Parisien : qu'il refuse de signer sa prolongation avec le PSG et force son départ, sinon le dossier sera abandonné. Clair, net, précis, directif.

Le traumatisme Neymar ?

Cet été, la politique du FC Barcelone pendant le mercato est devenue bien plus rigide, c'est un fait. Un durcissement qui peut s'expliquer. Le feuilleton Neymar semble avoir été le déclic. En perdant un joueur majeur à cause d'une (maudite) clause libératoire de 222 M€, le Barça se montre depuis bien plus offensif, prêt à se mettre à dos certains clubs.

Que ce soit dans le sens des arrivées où le Barça se mue en rabatteur de dernière minute ou dans le sens des départs, où il applique des clauses démentielles pour des joueurs à peine arrivés (Lenglet a désormais une clause de 300 M€ !), l'institution blaugrana ne veut plus jouer le rôle de la victime. Quitte à endosser le costume du malfaiteur.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté