Mondial : pourquoi Adrien Rabiot n'est pas dans la liste des 23 Bleus

Jonathan Ferdinand - vendredi 18 mai 2018 1.2k Likes

Il y a 67 millions de sélectionneurs de l'équipe de France, mais un seul a le pouvoir effectif de choisir qui disputera la Coupe du monde 2018 en Russie, du 14 juin au 15 juillet : Didier Deschamps. Jeudi soir, le chef de file du groupe tricolore a donc révélé sa liste des 23 Bleus chargés de ramener le trophée en France. Si, sans surprise, Karim Benzema n'est pas du voyage - ce qui a inspiré Booba, auteur d'une lettre ouverte - un joueur en particulier est le grand perdant de la liste : Adrien Rabiot.

Le joueur du Paris Saint-Germain n'a en effet pas été retenu par Didier Deschamps, alors même qu'il faisait partie du dernier rassemblement du mois de mars. Cette non-sélection est un vrai désaveu pour le milieu de terrain français. Passage en revue des raisons qui ont poussé Didier Deschamps a faire glisser Adrien Rabiot dans les réservistes et non dans les 23.

Une manque de performances en sélection

Dire que le Adrien Rabiot du PSG est nettement supérieur à celui de l'équipe de France est un euphémisme. Titulaire indiscutable du club de la capitale, il peine à montrer sa vraie valeur lorsqu'il enfile la tunique bleue. Le dernier match en Russie (victoire 3-1) en atteste. Il avait manqué d'impact dans les duels, d'efficacité à la récupération et d'application dans ses transmissions. Rentré en cours de jeu en Bulgarie (victoire 1-0), il avait également déçu alors que Didier Deschamps avait décidé de l'aligner au poste de... sentinelle. Le sélectionneur est en tout cas de cet avis, comme en témoignent ses propos de jeudi soir : "Il y a des critères sportifs. Les performances d'Adrien n'étaient pas du même niveau en club qu'en équipe de France."

Un manque de polyvalence

Justement, ce poste de numéro 6, évoqué plus haut, Adrien Rabiot a répété maintes fois ne pas vouloir l'occuper. Face à la pléiade de relayeurs, le Parisien a fait les frais de son manque d'envie à être polyvalent, alors même qu'il a disputé 19 matches en sentinelle cette au PSG. Logiquement, DD lui a préféré Steven Nzonzi "plus proche du registre de N’Golo Kanté. Quelqu'un qui peut apporter quelque chose aux Bleus." Pour le sélectionneur : "Steven a pour lui une aisance technique avec une taille imposante, dans un registre où il est performant." Quand on voit le bénéficie tiré par Lucas Hernandez et Benjamin Pavard de leur polyvalence, Adrien Rabiot peut regretter de ne pas exploiter l'ensemble de sa palette (très complète) de milieu de terrain. Regretter de ne pas exploiter totalement sa faculté à pouvoir (mais ne pas vouloir) occuper le poste de relayeur ET de sentinelle...

Un manque de grinta

C'est peut-être d'ailleurs l'état d'esprit, plus que le manque de polyvalence, qui a le plus joué en défaveur d'Adrien Rabiot. Comparé à la hargne et la grinta d'un Steven Nzonzi ou même d'un Corentin Tolisso, le milieu parisien a fait preuve d'un certain dilettantisme lors de ses dernières venues à Clairefontaine. Une attitude négative qui ne passe pas auprès de Deschamps, qui préfère largement avoir des guerriers pour former un groupe de Mondialistes, plutôt qu'un empilement de joueurs techniques. Lorsque Rabiot dit après le match de la Bulgarie, "c’était assez dur (de rentrer en jeu) parce qu’il faisait froid, je n’étais pas chaud", c'est se tirer une balle dans le pied vis-à-vis du sélectionneur.

Adrien Rabiot discute actuellement d'une prolongation avec le Paris Saint-Germain. Le milieu de terrain parisien doit prendre le temps de la réflexion. A 23 ans, il aura encore l'occasion de disputer une Coupe du monde, mais s'il veut un jour prendre l'avion de la délégation française pour un Mondial, il devra vraisemblablement, sous l'ère Deschamps, changer d'état d'esprit...

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté