Pourquoi la VAR va de nouveau vous faire adorer le foot

Antoine Mérand - samedi 15 septembre 2018 660 Likes

Le football se divise en deux camps : celui qui considère que l’assistance vidéo (VAR) gâche la beauté et l’instantanéité du sport, et celui qui pense qu’elle le rend plus équitable, plus juste. Comme souvent, difficile de donner raison ou tort à l’une des deux opinions, car chaque argument est recevable. Oui, c’est frustrant de se voir refuser un but après l’avoir célébré, mais ça l’est aussi d’en encaisser un qui n’est pas valable. Mais la pertinence de l’argumentaire va au-delà du ressenti personnel de chacun, elle se juge avant tout sur les bénéfices que le football pourra en tirer sur le long terme.

La VAR est essentielle au football

« Les footballeurs sont des pleureuses, ils passent plus de temps au sol que debout. » Oh oui, nous sommes tous fatigués d’entendre ces mots de la bouche de ceux qui ne suivent le foot qu’une fois tous les quatre ans. Pourtant, on ne peut nier le fait que plus le temps passe, et plus le jeu est pollué de ces actes d’anti-jeu à répétition : simulation, faute grossière, contestation. Et aussi compétent soit-il, l'arbitre n'est qu'un homme, et ne peut tout voir, tout entendre.

Voilà donc la réelle plus-value de la VAR : la légitimité. Car le manque d’autorité de l’arbitre est inévitable tant qu’il est livré à lui-même face à 22 joueurs, et bien stupide serait celui qui ne tenterait pas de le dissuader dans ses prises de décisions. Grâce à la VAR, l'arbitre peut enfin regarder un joueur dans le blanc des yeux et lui affirmer qu’il a raison, sans contestation possible, il peut enfin sanctionner un joueur d’un carton jaune pour une simulation, sans prendre le risque de commettre une grossière erreur.

Hier, lors des deux premiers matchs de la 5ème journée de Ligue 1 Conforama, Youcef Attal (Nice) et Adrien Rabiot (Paris) en ont fait les frais. S’étant laissés tomber dans la surface adverse, l’assistance vidéo a permis à l’arbitre de dissocier le vrai du faux, en pénalisant les deux joueurs d’un carton jaune, au lieu de siffler un énième pénalty injustifié pour l’équipe adverse. La réaction des joueurs ? Aucune. Avec l'assistance vidéo, plus possible de tricher.

Pour son apport dans le jeu, mais aussi (et surtout) pour l'évolution qu'elle sera vouée à provoquer dans les mentalités, la VAR est dans cet aspect bénéfique au football. Et quand on y pense, finalement, elle n'existe que pour faire en sorte de ne plus être utile dans ces situations dans les années à venir. Lorsque le jeu aura totalement effacer l'anti-jeu, et que l'arbitre soit considéré comme un juge légitime, plutôt que comme une girouette au sifflet approximatif.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté