L'offre XXL qu'une fortune émiratie propose pour racheter Saint-Étienne !

Jonathan Ferdinand - vendredi 28 septembre 2018 7.7k Likes

Après le Paris Saint-Germain, l'Olympique de Marseille et Lille, les Girondins de Bordeaux et l'AS Saint-Étienne sont eux aussi sur le point d'être vendus. Si le dossier bordelais prend du retard, celui des Verts pourrait se conclure rapidement. Alors que pendant un temps le fond d'investissement américain Peak6 était intéressé par le club du Forez, mais pas assez sérieux, faute de garanties, un nouveau prétendant vient faire la cour à Roland Romeyer et Bernard Caïazzo.

En effet, selon L’Équipe une offre de rachat en provenance des Émirats Arabes Unis serait arrivée sur le bureau des dirigeants foréziens. La banque Lazard, mandatée par Bernard Caïazzo, aurait reçu une offre d'environ 50M€, c'est à dire le montant exigé au départ par les décideurs du club stéphanois. D'après le quotidien sportif cette proposition aurait été formulée par "l’une des dix familles les plus puissantes" des Émirats Arabes Unis. Sauf que cette offre aurait été refusée par les dirigeants des Verts. Mais ce n'est pas tout puisque Roland Romeyer et Bernard Caïazzo auraient carrément revu leur exigence à la hausse.

Les Verts face à un ultimatum

Au regard du nouveau montant record des droits TV (1,2 Md€), en vigueur à partir de 2020, les dirigeants foréziens souhaiteraient désormais vendre le club pour 75M€. L'investisseur émirati a donc fait une nouvelle offre de 55M€ assortie d'une promesse d'investissements futurs à hauteur de 100M€. Mais cette fois, c'est à prendre ou à laisser. Face à l'ultimatum, le duo Romeyer-Caïazzo va devoir trancher. Il a jusqu'à fin octobre pour se décider. Passé cette date, il devrait s'orienter vers la Liga et viser un club "de la dimension de Getafe ou Leganés." A bien y regarder, il serait regrettable pour l'ASSE de refuser cette nouvelle offre, alors que depuis des mois, aucun autre investisseur sérieux ne s'est manifesté avec autant de détermination.

De plus, en 2011 un club comme le Paris Saint-Germain avait été vendu par Colony Capital Europe à Qatar Sport Investments pour 50M€. Si le montant des droits TV était plus faible, le potentiel économique était bien plus grand, que ce soit sur le plan de la billetterie, du marketing ou du rayonnement international. Idem pour l'Olympique de Marseille vendu 45M€ par Margarita Louis-Dreyfus à Frank McCourt en 2016. Un investisseur prêt à mettre 155M€ à moyen-terme dans le mythique club français, ça ne doit pas courir les rues...

Dans la foulée de la publication de cet article, l'ASSE a vertement démenti les informations du journal L’Équipe  dans un communiqué. "Le club n’est pas à vendre et aucun contact n’existe avec des repreneurs crédibles", ont expliqué les Verts. A moins que ce ne soit une manœuvre de l'ASSE pour pouvoir négocier plus sereinement. À suivre...

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté