Sakho : "J’avais l’habitude de mendier dans les rues de Paris pour manger"

Colin D. - mercredi 27 février 2019 3.7k Likes

La carrière de Mamadou Sakho n’a pas été un long fleuve tranquille jusqu'ici. Capitaine du PSG à 17 ans avant de passer par Liverpool, le défenseur a connu de nombreuses coups durs dans sa vie mais n’a jamais perdu sa joie de vivre pour autant.

À Crystal Palace depuis trois saisons, le Français ne perd pas son sourire ni son ambition dans le football. Et pour cause, Sakho a connu des épreuves douloureuses dans sa vie privée qui l’aident à relativiser. "J’ai su que j’allais devenir footballeur quand j’avais 13 ans, le jour où j’ai perdu mon père. J’ai tout de suite eu toutes responsabilités de ma famille sur les épaules. Je suis devenu un homme. Pour moi, ce n’était pas un objectif de devenir footballeur, c’était une obligation. Hier, quelqu’un m’a demandé si c’était dur d’être capitaine du PSG à 17 ans. Je lui ai répondu : 'Pour moi, le plus dur a été de devenir capitaine de ma famille à 13 ans'", confiait-il dans les colonnes du Daily Mail. Un nouveau rôle qui l’a amené à mendier dans les rues parisiennes.

Sakho a mendié pour manger

"Je sais ce qu’est la faim. Je sais ce qu’est le froid. J’avais l’habitude de mendier pour manger. C’était ma vie quand j’étais petit. Mais je n’aime pas en parler parce que je suis quelqu’un de fier.” Une période triste pour celui qui fut le héros de la France face à l’Ukraine en 2013. Mais Sakho a su en tirer certaines leçons qui conditionnent ses valeurs aujourd'hui.

"J’étais dans la rue, à mendier, et une femme à qui j’avais demandé une pièce s’est accrochée à ses sacs, comme si je voulais la voler. Ça m’a choqué. Je voulais juste de la monnaie pour acheter du pain, mais elle a cru que j’allais la voler. Ce jour-là, je me suis fait une promesse. Je me suis dit : 'Aujourd’hui, j’ai faim et elle pense que je vais faire quelque chose de mal. Mais quand je deviendrai quelqu'un, que je posséderai quelque chose, je redonnerai', a-t-il expliqué au média anglais. On a tous notre propre histoire. C’est ma vie qui fait que je veux redonner. Quand tu as un petit peu de notoriété, tu peux l’utiliser de manière positive. C’est ce que j’essaie de faire. (…) Mais je ne veux pas être un exemple. Jamais. Je veux juste inspirer les gens." Sakho est le fondateur d’AMSAK, une association qui vient en aide aux plus démunis. Il a également fait construire un orphelinat à Tambacounda au Sénégal, d'où était originaire son père.

Toujours qualifié de joueur à la maturité précoce, le plus jeune capitaine de l’histoire du PSG confirme ce trait de caractère de la plus belle des manières.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté