Le transfert de C. Ronaldo déclenche une grève chez Fiat !

Jonathan Ferdinand - jeudi 12 juillet 2018 2k Likes

C'est le transfert de l'été, voire du siècle, si on place le prisme du côté de la Juventus. Cristiano Ronaldo a quitté le Real Madrid et rejoint les rangs de la Vieille Dame pour quatre saisons. Trop gros pour l'Italie, le club transalpin est à la recherche d'une troisième Ligue des Champions depuis 1996. La venue du quintuple Ballon d'Or est incontestablement un argument de poids en plus pour la Juve qui, depuis quelques années, trébuche avant de monter sur la plus haute marche.

Si les supporters des Bianconeri se réjouissent de voir un joueur d'une telle envergure les rejoindre, le transfert ne passe pas du tout pour certains ouvriers de l'usine Fiat de Melfi, dans le sud-est de l'Italie. En effet, l'organisation syndicale USB, l'Unione Sindacale di Base, a publié mercredi un communiqué appelant à la grève du dimanche 15 juillet 22 heures au mardi 17 juillet 6 heures. Quel est le rapport entre Fiat et la Juve ? Il est simple : la famille Agnelli est propriétaire des deux entités, la marque automobile et l'équipe de football. Le salaire annoncé dans les médias (30 M€ nets par an) a provoqué l'ire des salariés Fiat de Melfi, au regard de leurs conditions de travail et de leur salaire horaire.

Extrait du préavis de grève :

"Il est inacceptable que, alors que l’entreprise demande depuis des années aux travailleurs d’énormes sacrifices sur le plan économique, celle-ci décide de dépenser des centaines de millions d’euros pour l’achat d’un footballeur", écrit notamment l'USB dans son communiqué de mercredi. Et pour répondre à ce transfert retentissant, l'organisation syndicale n'a pas choisi son jour de grève au hasard, puisque lundi, Cristiano Ronaldo est censé débarquer à Turin pour sa présentation et sa visite médicale.

Si au final CR7 rapportera certainement plus qu'il n'a coûté, les salariés sont dans leurs bons droits et on peut comprendre leur frustration. Il convient toutefois de préciser que le Portugais ne sera pas le sportif le mieux payé par la famille Agnelli et Fiat. Le pilote de Formule 1 Sebastian Vettel émarge en effet à 60 M$ annuels pour courir sous le fanion de la Scuderia Ferrari. Inutile de faire la conversion.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté