La vidéo va-t-elle résoudre les problèmes d'arbitrage en France ?

Hadrien R. - jeudi 14 décembre 2017 319 Likes

Voilà une nouvelle qui fait pas mal de bruit chez les fans de football français depuis quelques heures. L’assemblée générale de la Ligue a voté "oui" à l'instauration de la vidéo en Ligue 1 à partir de la saison 2018-2019.

La vidéo devrait faire son apparition dans quatre situations de jeu bien précises : pour valider un but, un carton rouge, un penalty ou pour corriger une erreur sur l'identité d'un joueur. Si la vidéo est fortement espérée par 90% des Français, selon un dernier sondage, son utilisation a aussi ses détracteurs, notamment au sein du monde du football, qui lui reprochent des temps d'arrêt de jeu trop longs. 

Une question se pose donc : la vidéo va-t-elle résoudre les problèmes d'arbitrage en France, de plus en plus nombreux ? Eléments de réponse.

Moins d'injustices...

L'arbitrage humain étant forcément, par définition, perfectible et jamais entièrement juste, on peut donc légitiment se dire que la vidéo empêcherait beaucoup d'injustices qui gangrènent le jeu et nourrissent le sentiment de "persécution" de millions de fans du ballon rond. Rappelez-vous, le dimanche 27 juin 2010, en huitièmes de finale de la Coupe du monde, l'Angleterre s'est vue priver d'une égalisation évidente de Frank Lampard, après que le ballon a franchi largement la ligne. 

On peut également se dire que le recours à la vidéo aiderait aussi les acteurs du match et le coach à être plus confiants dans l’arbitrage et à ne plus contester chaque décision de l'homme au sifflet. Pour faire court, la technologie peut et doit devenir un soutien important à l’arbitrage humain.

...Mais moins d'authenticité 

Avec l'utilisation de la vidéo, le football risque de perdre en vitesse et fluidité, ce qui fait d'ailleurs peur à certains fans de football. C'est la raison pour laquelle l'arbitre devra conserver la décision finale et laisser place à son interprétation lorsqu'il le sentira nécessaire. L'erreur fait en effet partie intégrante de la vie et donc du sport, ce qui en fait sa beauté. 

Se pose ensuite la question de l'émotion des téléspectateurs et des footballeurs sur le terrain. Comment pourrait-on s'exalter si on sait que l'arbitre va pouvoir tout remettre en cause, à chaque instant de la rencontre. Il y a aura donc une certaine frustration émotionnelle qui ne rendrait pas forcément service à nos arbitres de Ligue 1, déjà friables face au comportement de certains joueurs. C'est la raison pour laquelle il sera très important de fixer un cadre, qui ne permettra pas à l'arbitre de revenir sur une action trop éloignée dans le temps. 

Enfin, on espère que la Ligue anticipe les quelques bugs qu'il existe encore aujourd'hui avec l'utilisation de la vidéo. La rencontre de Coupe de la Ligue de ce mercredi soir entre Rennes et l'OM en est le parfait exemple. Les Bretons se sont en effet vus accorder dans un premier temps un but qui n'était absolument pas valable, la montre de l'arbitre ayant sonné alors que la frappe de Benjamin André avait frappé la barre transversale avant de rebondir nettement devant la ligne. 

Pour résumer, l'utilisation de la vidéo est devenue un progrès dont le football ne peut plus se passer, surtout en France. Malgré les problèmes qu’elle pourrait poser, cette technologie est bel est bien l'avenir du sport le plus populaire au monde. Aux acteurs du jeu de s'y adapter. 

La rédaction d'Oh My Goal abordera le sujet ce vendredi dans l'émission Class'Foot en compagnie de la First Team.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté