Wenger : "Je me demande si je n'ai pas eu tort de refuser ce club"

Florian M. - samedi 03 octobre 2020 0 Like

Le 13 mai 2018, Arsène Wenger assistait à son dernier match sur le banc d'Arsenal après 22 années de succès et de déceptions. Si sa relation avec les Gunners ne s'est pas terminée de la plus belle des façons, le Français laissera à jamais une trace indélébile dans le club du Nord de Londres.

Dans un entretien pour L'Equipe, l'Alsacien s'est livré sur ses derniers mois en tant que manager et sur ses nouveaux projets. Mais il a également évoqué qu'après son départ d'Arsenal, il a eu des propositions dans différents clubs. Wenger n'a pas caché qu'il aurait pu signer pour une équipe de Ligue 1. Il éprouve aujourd'hui quelques regrets quant à son refus.

"Je n'avais jamais fait de coupure, et après 36 ans d'affilée sur le banc, j'avais besoin de réfléchir. C'est évidemment ce lien unique avec Arsenal qui a rendu difficile le passage d'un club à l'autre. Aujourd'hui, je me demande si je n'ai pas eu tort de ne pas prendre Lyon, en mai 2019, quand on me l'a proposé. [...] Je n'étais pas prêt. Cela me semblait trop tôt pour replonger. Je n'avais pas fait le deuil totalement", s'est-il ainsi justifié.

Il affirme également que s'écarter des terrains lui a fait beaucoup de bien : "C'est une liberté. J'ai fait ce métier tellement longtemps. Et je ne l'ai jamais fait à moitié. Du matin au soir, sept jours sur sept, je ne faisais que ça. Donc, je peux apprécier une forme de liberté. Ce qui est bien, c'est de ne pas être pressé par le temps. Ce qui est beaucoup moins bien, c'est de ne plus avoir d'objectif précis. Ça, c'est difficile. Ce qui est beaucoup moins bien, aussi, c'est d'avoir coupé totalement le cordon avec le club où j'ai construit chaque pierre."

Un peu de regrets, donc, de la part de l'ancien manager des Gunners. D'une part pour avoir refusé de remplacer Bruno Génésio à l'OL, mais également d'être si loin de son amour de toujours.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté