La combine plus ou moins légale de Wolverhampton pour recruter

Jonathan Ferdinand - jeudi 26 juillet 2018 621 Likes

Rui Patricio arrivé libre en provenance du Sporting Portugal, Joao Moutinho signé contre un chèque de 5 M€ à l'AS Monaco, le grand espoir portugais Ruben Neves conservé : l'effectif de Wolverhampton, de retour en Premier League cette année, commence a avoir belle allure pour un promu. Gonçalo Guedes était même annoncé pendant un temps. Et derrière tout cela, il y a un seul et même homme qui tire les ficelles : Jorge Mendes.

En effet, tous les joueurs cités précédement, en plus de l’entraîneur des Loups, Nuno Espirito Santos, appartiennent à l'écurie Gestifute de l'agent portugais, représentant de Cristiano Ronaldo. Rien de sensationnel jusqu'ici. Sauf qu'en plus d'être "offreur" de joueur, Mendes en est aussi "demandeur" puisque l'homme d'affaires lusitanien est le conseiller des dirigeants des Wolves. Mais il évidemment bien plus que ça en coulisses, puisqu'il est un membre à part entière du directoire. Il est à la fois aux manettes des joueurs et du club anglais, sauf dans les statuts juridiques.

Preuve que Mendes est vraiment impliqué dans les affaires du club, sa relation avec les dirigeants. Quand Fosun International, fonds d’investissement dirigé par le milliardaire Guo Guangchang, rachète les Wolves le 20 juillet 2016, il est dans la foulée nommé conseiller. La holding qui a racheté le club est d'ailleurs basée dans un paradis fiscal, les Îles Vierges britanniques. De plus, le président Guo Guangchang est actionnaire de la holding détentrice de... Gestifute, l'agence de Mendes. On frôle le conflit d'intérêts.

Le mercato court-circuité 

Si l'English Football League a mené l'enquête en classant l'affaire sans suite, le petit jeu de Jorge Mendes est contraire à une concurrence saine comme le veut l'UEFA puisque, comme on l'a déjà dit, il contrôle joueurs et club. Leipzig et Salzbourg ont par exemple eu des ennuis avec l'instance européenne parce qu'ils étaient détenus par le même propriétaire : Red Bull. Mais aussi parce que le club autrichien et allemand s'échangent les joueurs. Justement, pour tous les joueurs étiquetés Gestifute, le marché des transferts est court-circuité, au détriment des autres clubs. Les déreglements concurrentiels, c'est tout ce que l'UEFA cherche à corriger avec ses mécanismes tels que le Fair-Play Financier.

Il a y également des doutes sur le montage financier, sur de la tierce-propriété déguisée, ou sur la mise en place d'un juteux mécanisme de plus-value à court-terme (pour le coup tout à fait légal). Le petit jeu de Jorge Mendes est extrêmement bien ficelé et joue avec la légalité. C'est surtout une preuve que le métier d'agent a des frontières encore extrêmement poreuses malgré les encadrements récents opérés par la FIFA.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté