Les 10 flops qui ont marqué l’histoire du mercato

Colin D. - mardi 14 août 2018 1.2k Likes

Le sport sait être magique. L’histoire d'Usain Bolt en est la nouvelle illustration. Passionné de football et jeune retraité des pistes d’athlétisme, l’athlète le plus titré des Jeux Olympiques (8 médailles) et des Championnats du monde (11 médailles) est en passe de réussir son pari. Le club australien Central Coast Mariners s’est mis d’accord avec le Jamaïcain en vue d’un pré-contrat, les deux parties attendent désormais l’accord de la fédération. Cependant les grands noms ne sont pas gages d’opérations réussies dans le football. Certains exemples ont marqué l’histoire du mercato par la mauvaise tournure qu’ils ont connue.

10 Eliaquim Mangala à manchester city (54M€)

Auteur de belles performances avec le FC Porto, le défenseur français a la cote sur le marché des transferts à l’été 2014. Puissant, rapide et bon dans le jeu aérien, l’international français présente les qualités nécessaires pour briller en Premier League. C’est du moins ce que pense Manchester City qui misera la coquette somme de 54M€ sur lui. Un record pour un défenseur à cette date. Peu convaincant sous les ordres de Pellegrini, Guardiola ne fera que très peu appel à lui au point de l’envoyer en prêt à Valence d’abord, et Everton ensuite.

9 Juan Sebastián Verón à manchester united (45M€)

L’Argentin était présenté comme le potentiel meilleur joueur à son poste au moment où Manchester United a décidé de miser sur lui. Au regard de sa saison flamboyante sous les couleurs de la Lazio de Rome, son transfert vers Old Trafford laissait présager d'une belle collaboration. Après deux saisons, le constat est bien en deçà des attentes. Le joueur avouera une adaptation compliquée notamment sur l’aspect physique trop exigeant pour son hygiène de vie contestable. Son départ à Chelsea confirmera son incompatibilité avec le championnat anglais. Il retourne en Argentine, en prêt, suivi d’un transfert définitif aux Estudiantes de la Plata.

8 Andrei Shevchenko à chelsea (45M€)

Nul besoin de visionner une vidéo de l’attaquant ukrainien pour se remémorer ses buts. Parmi les meilleurs avants-centres de sa génération sous les couleurs du Milan AC, le propriétaire de Chelsea, Roman Abramovich, tombe sous le charme. En 2006, il s’offre les services du Ballon d’or 2004. Malgré sa bonne volonté, Shevchenko n’entrera jamais dans le moule des stars présentes à Chelsea. L’idée d’un jeu trop subtil pour se marier à un championnat où la profondeur et le contact physique prévalent sur la science du déplacement, aura raison des espoirs du board de Chelsea. L’omniprésence de Didier Drogba ne l’aidera pas à gagner le coeur des supporters déjà conquis. Il repart en prêt au Milan AC avant d’être libéré pour rejoindre le Dynamo Kiev.

7 Robinho à manchester city (42M€)

Arrivé au Real Madrid en tant que nouveau Ronaldinho, Robinho ne répond pas aux exigences du Real Madrid. Tant sur qu’en-dehors des terrains, le Brésilien n’y arrive pas. En août 2008, Manchester City, en vue de son projet naissant, sent le bon coup et achète Robinho pour 42 millions d’euros. Il se murmure à l’époque que le joueur pensait s’engager en faveur de Chelsea mais aurait été arnaqué par son agent soucieux de sa prime. Fidèle à sa personnalité, Robinho reproduira le schéma de son passage en Espagne. Malgré des fulgurances, le manque de régularité du premier achat de la nouvelle ère des Citizens s’envolera pour le Milan AC au cours d’un transfert de 18 millions d’euros trois saisons plus tard.

6 Andy Carroll à liverpool (41M€)

La pleine connaissance du championnat anglais n’est pas gage de réussite pour autant. Andy Carroll a passé l’intégralité de sa carrière en Premier League, pourtant son expérience à Liverpool s’est ponctuée d’un échec cuisant. Auteur de prestations éblouissantes avec Newcastle, la direction fait comprendre à son joueur que son désir de rester au club ne prévaudra pas sur la belle offre faite par les Reds. En janvier 2011, l’Anglais rejoint le club de la Mersey pour 41 millions d’euros. Le plus gros transfert du mercato d’hiver en Premier League. Le prodige anglais ne se défait pas du blues lié à son départ. Il trainera son spleen sur les pelouses anglaises. Il est prêté à West Ham avant un transfert définitif pour 11M€ en 2013.

5 Kaká au real madrid (67M€)

Qu’il est difficile pour les stars du Milan AC de s’épanouir loin de Giuseppe Meazza. Relancée par l’élection de Florentino Pérez pour son deuxième mandat à la tête du club le plus prestigieux du monde, la Maison Blanche signe la brochette Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et Kaká. Les trois recrues connaîtront un destin différent à Madrid. Celui du Brésilien sera d'errer dans l’ombre imposante de la star portugaise au statut grandissant. Si Benzema parvient à se battre pour une place en attaque au détriment de Gonzalo Higuaín, le joueur de la Seleçao ne trouvera jamais ses marques en Espagne. Il retournera libre au Milan AC, sans jamais retrouver son niveau d’antan.

4. James Rodriguez au real madrid (80M€)

La politique du Real Madrid sous l’ère Florentino Pérez consiste à recruter des stars. Qu’elles soient confirmées ou des cracks du moment. Le Colombien entre dans la seconde catégorie après une Coupe du Monde 2014 remarquable. En quête d’amour auprès de ses supporters, le président du Real le fait signer dans la capitale espagnole pour 80M€. Après des débuts poussifs sous les ordres de Carlo Ancelotti, il n’entre pas dans les plans de Zinedine Zidane. Le Bayern lui offre une porte de sortie via un prêt payant deux saisons après son arrivée en Espagne.

3. Gaizka Mendieta à la lazio (48M€)

L’Espagnol est l’un des plus gros flops de l’histoire de la Lazio. Transféré de Valence pour 48 millions d’euros, où il a brillé pendant 11 saisons, il ne parviendra jamais à retrouver son niveau en Italie. Avec aucun but inscrit, il repart dans l’anonymat, après une saison, en rejoignant Middlesbrough, où il terminera sa carrière. Une fin en queue de poisson pour un joueur aussi emblématique que magnifique en Espagne.

2 Angėl Di Maria à manchester united (75M€)

En 2014, un autre hispanophone est en perdition après avoir quitté la Liga, l’Argentin Ángel Di María. Après une saison flamboyante auréolée d’une Ligue des champions avec le Real Madrid, l’Argentin fait ses valises pour Manchester United. Le transfert est conclu pour 75M€. Une saison plus tard, Di María rejoint le Paris Saint-Germain pour 63M€. Il ne sera pas regretté par les fans des Red Devils. Malgré des débuts prometteurs, il disparaît du onze mancunien et fait d'un mal du pays mettra fin à son aventure anglaise.

1 Fernando Torres à chelsea (60M€)

Redoutable avec Liverpool, l’Espagnol quitte les Reds en faveur de Chelsea durant le mercato d’hivers pour la somme de 60 millions d’euros. Un record pour le mercato hivernal en 2011. Le joueur formé à l’Atlético de Madrid est également l’espagnol le plus cher de l’histoire des transferts en Premier League. Malgré ces statistiques impressionnantes, son passage à Chelsea est considéré comme le flop de l’ère Roman Abramovich par les fans des Blues. Torres quittera le club par la petite porte, vendu 3M€ au Milan AC.

La Ligue 1 a également connu son lot de flops, avec Jesé, Everton, Souza ou Anelka (PSG), Severino Lucas (Rennes), Kader Keita et Gourcuff (Lyon) ou encore Koji Nakata ou Christian Gimenez (OM). Rien d'aussi retentissant financièrement que les 10 transferts que nous avons cités, mais des joueurs qui restent toutefois (négativement) dans les mémoires de leurs supporters respectifs. 

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté