Deschamps donne sa version de l'affaire de "l'extincteur" de Rami !

Colin D. - samedi 21 juillet 2018 2.8k Likes

Il y eut la rumeur d’abord. La version d’Adil Rami ensuite. Il était donc normal d’attendre celle de Didier Deschamps. Le sélectionneur des Bleus n’a cessé de rappeler à quel point il était fier de ses joueurs en Russie. Sur, comme hors des terrains ils ont été exemplaires selon le double champion du monde. Cependant, au milieu de l’épopée russe vécue par cette équipe de France, il y a un épisode, ou deux, dont « le guide » des Bleus se serait bien passé. L’histoire de "l'extincteur" est connue de tous. Mais Didier Deschamps tient à apporter quelques corrections qu’il estime nécessaires.

"Ce n’était pas une virée nocturne. Les joueurs sont rentrés à l’heure prévue et il s’est passé ce qu’il s’est passé. Je vais corriger certaines choses : je n’étais pas en pyjama, je n’en mets jamais. Je me suis habillé, mis des baskets et un survêtement. J'étais au téléphone pour savoir ce qui se passait. Je ne vous cache pas que j'étais parti pour remonter des bretelles."

Rami a eu peur de se faire exclure

Interpelé par l’attitude solidaire de ses hommes et les flashbacks du passé, Didier Deschamps s’est abstenu de réprimander ses joueurs. "Ils étaient à une centaine de mètres et je les ai entendus dire : "On est tous ensemble, c'est personne, c'est les 23 !" Je me suis mis à marcher et me suis demandé si ça m'était déjà arrivé d'être dans une telle situation quand j'étais joueur. Je suis arrivé, je les ai regardés et je n'ai rien dit." Plus tard, Adil Rami est venu voir son sélectionneur en aparté pour avouer son crime. "Il m'a dit ça après, mais je n'y ai jamais pensé. Le lendemain, il m'a dit que c'était lui. Il m'a dit qu'il voulait s'excuser. Je ne lui demandais rien. Il a pensé que c'était bien. Il l'a fait et je lui ai fait une plaisanterie que je ne peux pas vous raconter et qui a fait rire tout le monde. Ça s'est refermé là-dessus".

À vrai dire, Adil Rami a fini par révéler ladite blague : "Ça va le pompier ?", aurait lâché avec ironie le sélectionneur. Décidément, rien ni personne n'aurait pu perturber l'harmonie qui régnait à Istra...

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté