Brice Samba tacle Steve Mandanda

Jonathan Ferdinand - jeudi 19 avril 2018 517 Likes

Brice Samba, auteur d'une prestation acceptable mercredi soir face au Paris Saint-Germain (1-3) malgré une vilaine relance amenant le premier but parisien, ne foulera pas la pelouse du Stade de France pour la finale de Coupe de France. Mais le deuxième gardien du Stade Malherbe de Caen pourrait bien prétendre à plus de temps de jeu en lieu et place du vétéran Rémy Vercoutre à l'avenir. Le portier formé au Havre semble avoir mûri au point d'être en mesure de s'installer durablement dans une cage de Ligue 1.

En tout cas, Brice Samba ne sera jamais plus la doublure de Steve Mandanda. En effet, les deux hommes se sont connus au Havre, mais le premier ne semble pas porter le second dans son cœur. C'est en tout cas ce qu'il fait comprendre lors d'un entretien accordé à L’Équipe : "Steve, quand je suis arrivé à l’OM, je le connaissais et, pourtant ça n’a pas été aussi simple qu’on le pense. Les gens me disent : 'Steve t’a aidé'. Mais Steve, il était froid, il ne m’a pas aidé. J’ai du respect pour lui, sa carrière, mais il faut être clair par rapport à ça", a déploré le gardien de Malherbe.

Une déclaration étonnante, une face cachée de la personnalité du capitaine de l'OM même, tant ses détracteurs se font rares. Un entretien au cours duquel Samba est également revenu sur ses erreurs de jeunesse : "Ceux qui me connaissent savent que jusqu'à peu, j'étais un enfant. Mon problème, il était mental. J'ai fait des conneries, à Nancy par exemple (où il était prêté), qui m'ont pénalisé. À un moment, tu tombes dans une certaine facilité. On ne va pas se voiler la face, je n'ai pas bossé. T'as dix-huit ans, tu touches de gros salaires, tu vis seul, faut être fort mentalement pour ne pas pas partir en vrille."

Oui, des joueurs sans langue de bois, ça existe encore...

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté