Comment le nouveau poste de Benzema l'a rendu indispensable au Real Madrid

Luxmana P. - mardi 17 avril 2018 1.6k Likes

Arrivé au Real Madrid à l'aube de l'exercice 2009/2010 contre 35 millions d'euros, Karim Benzema fait aujourd'hui partie des meubles de la Maison Blanche. Celui qui a participé au renouveau du club madrilène, enclenché par Florentino Pérez lors de son retour à la présidence en 2009, a connu beaucoup de hauts. Mais des bas, l'ex-Lyonnais en a aussi connus. Après avoir poussé des joueurs tels que Higuain ou Morata vers la sortie, le buteur vit cette saison son passage le plus terne devant la cage. Avec seulement 5 réalisations en Liga en 26 apparitions, le Français est loin de ses standards. En manque de réussite et de confiance, Benzema est désormais contraint d'évoluer en tant que footballeur dévoué.

"Un attaquant moderne, ce n’est pas seulement marquer des buts." Les mots sont signés Zinédine Zidane et soulignent le rôle si particulier que tend à avoir Karim Benzema depuis plusieurs mois maintenant. Malgré le numéro floqué sur son dos, le Madrilène semble peu à peu devenir un faux numéro 9, voire même un milieu offensif. Un poste où il brille, à l'image de sa prestation ce dimanche soir sur la pelouse de Malaga (victoire du Real Madrid, 2-1).

Nouveau rôle pour une nouvelle vie ?

À la Rosaleda, Zidane a misé sur un trident offensif inédit composé de KB9, Marco Asensio et Lucas Vazquez. Et sans surprise, le Français a fait ce qu'il savait faire de mieux : servir ses partenaires. Si bien que d'après As, Benzema a réussi l'exploit de délivrer 31 ballons à ses coéquipiers dans le camp adverse, alors qu'il en réalise habituellement deux fois moins (16 ballons en moyenne par match). L'une de ses passes s'est même avérée décisive, puisqu'elle a permis de lancer Isco en profondeur sur le but de Casemiro.

"Il a cette capacité à se mettre en position de milieu offensif pour laisser l'espace aux attaquants, analysait déjà Carlo Ancelotti en 2015 pour le JDD. "Il peut marquer, notamment parce qu'il a une qualité de frappe fantastique, mais ce n'est pas seulement un buteur. C'est un joueur complet. (...) Pour moi, il n'y a pas débat, Karim est le meilleur joueur du monde dans cette position. (...) Karim est le joueur idéal pour évoluer avec (Cristiano) Ronaldo."

CR7-KB9, le duo de choc

Habituellement positionné en pointe du trident offensif du 4-3-3, où il n'hésite pas à décrocher, Benzema a également adapté son jeu au si efficace 4-4-2 en losange de Zizou. Là encore, le natif de Lyon fait usage de ses qualités ballon au pied, notamment dos au but, pour faire remonter le bloc et mettre ses partenaires dans les meilleures conditions. Un jeu collectif qui permet aussi à un certain Cristiano Ronaldo de briller.

Coéquipiers depuis 2009, les deux joueurs forment un véritable duo de choc, alors que la BBC a définitivement disparu. Dans l'ombre de CR7 et ses statistiques mirobolantes, KB9 joue bien souvent les rôles de serviteur. Ce que n'omet pas le Portugais, qui lui avait rendu un vibrant hommage le 24 février dernier après avoir bénéficié d'une superbe passe décisive du Français contre Alavés. Un hommage, suivi d'un geste d'autant plus fort, puisque le numéro 7 avait fini par laisser Benzema tirer un penalty en fin de match.

"Ce geste de Cristiano pour Karim prouve bien qu'entre eux, il y a une bonne ambiance, un bon rapport, et pour gagner, pour continuer dans ce que l'on fait, c'est super important", avait commenté le coach merengue en conférence de presse d'après-match.

Malgré des statistiques personnelles loin d'être ronflantes, ce Benzema s'affirme donc sans conteste comme une pièce vitale pour l'équilibre du système de Zidane. Son absence, lors du match retour de Ligue des Champions contre la Juventus, s'était d'ailleurs grandement faite ressentir. Titulaire à l'occasion, Garteh Bale sortait à la mi-temps après une prestation insipide et un manque flagrant de connexion avec Ronaldo et le reste de l'équipe.

Nul doute que la Maison Blanche aura besoin de son attaquant de l'ombre pour tenter de passer l'obstacle bavarois en demi-finales de C1, avant de pourquoi pas rêver d'un troisième sacre en trois ans...

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté