Benzema répond aux attaques de Manuel Valls et de ses détracteurs

Jonathan Ferdinand - mardi 17 avril 2018 2k Likes

Karim Benzema fait toujours couler beaucoup d’encre. Si, en Espagne, c’est pour son rendement insuffisant devant le but que son nom figure dans les colonnes des journaux, en France, l’affaire de la sextape alimente toujours la chronique depuis sa révélation en novembre 2015. Une affaire dans laquelle s’était même immiscée le Premier Ministre de l’époque Manuel Valls en mars 2016. Le député de l'Essonne avait en effet estimé que même si l’attaquant français était de nouveau sélectionnable pour l’Euro, il valait mieux que "KB9" reste à la maison.

Une sortie médiatique que n’a pas oublié le joueur formé à Lyon à en croire ses propos tenus à Vanity Fair, relayés par El Mundo. "Quand un Premier Ministre parle de toi, ce n’est pas du football. Je crois qu’il ne faut pas mélanger football et politique, regrette Karim Benzema. Dans mon cas, c’est un sujet politique. Avec Valbuena, ça a été un mauvais moment. J’ai été un jour en prison et je suis revenu triste à Madrid. Maintenant, j’ai trente ans, deux enfants. Je suis tranquille ici. S’ils ont besoin de moi, ils savent où je suis". Une dernière phrase qui sous-entend que Karim Benzema n’est pas contre l’idée de débloquer son compteur figé à 81 sélections sous le maillot Bleu.

La sortie de Manuel Valls sur Karim Benzema en mars 2016 :

Quant aux critiques sur son jeu, l’international français n’y prête pas attention. Il sait lorsque ses performances sont moins bonnes. Voir son nom noircir les colonnes des journaux l’importe donc peu : "Les grands joueurs, nous sommes toujours critiqués. Nous vendons des journaux. Si je fais un mauvais match, je n’ai pas besoin de la presse pour le savoir. Moi, je joue au football, pour aider mes coéquipiers et pour tout gagner. Ça m’est égal que mon nom soit dans les journaux. Cela ne signifie rien." La médiatisation, une contrepartie inévitable pour les footballeurs modernes, qui plus est pour un joueur de son calibre…

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté