La presse italienne détruit Domenech après son tweet sur Gasperini

Clément P. - vendredi 14 août 2020 0 Like

Dans la foulée de la qualification du PSG pour les demi-finales de la Ligue des Champions face à l'Atalanta, Raymond Domenech s'était permis un tweet dans lequel il critiquait vertement Gian Piero Gasperini, et plus généralement l'ensemble des entraîneurs italiens.

Des propos qui ont déclenché un véritable tollé dans la Botte. Depuis mercredi soir, l'ancien sélectionneur des Bleus est la cible des médias transalpins, qui n'ont de cesse de s'indigner et de le critiquer en retour. Aujourd'hui encore, certains des plus grands quotidiens italiens s'en sont pris à lui.

Le tweet de Raymond Domenech :

Les médias italiens ne laissent pas passer :

Dès le lendemain de la rencontre, Mediaset avait ouvert le bal des répliques acerbes. "Difficile de prendre au sérieux les critiques d’un sélectionneur qui a connu la pire humiliation publique de l’histoire d’un Mondial : la grève de ses joueurs".

Sky Italia, pas en reste, s'était empressé de rappeler le bilan de Raymond Domenech face aux entraîneurs italiens : "2 défaites dans le temps réglementaire, 2 défaites aux penalties et une élimination en éliminatoire des JO. Quatre entraîneurs italiens ont réussi à le battre."

Le Corriere della Sera, quotidien le plus lu du pays, s'était lui aussi jeté dans la bataille, répondant à Domenech par un cinglant "Domenech n’a jamais été sympathique et il ne le sera probablement jamais. Les changements ? Tuchel a pu faire rentrer un joueur comme Mbappé, champion du monde (lui, il l’a été)”

Enfin ce matin, c'est la Gazzetta dello Sport qui a tiré à boulets rouges sur le finaliste du mondial 2006, dans un article intitulé "Le PSG et Domenech se moquent d'Atalanta. L'élégance à la française ?"

"Pierre de Coubertin est né à Paris en 1863. Un homme respectueux des valeurs sportive et de l’adversité. Le réétudier serait bénéfique", a d'abord asséné le quotidien sportif.

Avant de conclure. "Il a perdu 3 fois avec les U21, avec Zizou et Henry. Et la finale de Berlin... Quand il voit un entraîneur italien, il risque la crise d’hystérie. Il n’a jamais rien gagné, même aux cartes".

L'Italie ne réussit décidément pas à Domenech.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté