Dupraz : "J'ai entraîné Toulouse avec un défibrillateur sous le bras"

Jonathan Ferdinand - jeudi 17 janvier 2019 1.9k Likes

C'est un Pascal Dupraz intime qui s'est livré dans les colonnes du Parisien – Aujourd'hui en France ce jeudi. Bien loin de l'image de dur à cuire qui lui colle à la peau, l'ancien coach d'Evian Thonon-Gaillard et du Toulouse FC est revenu sur ses soucis de santé. Cardiaque, il fait un premier infarctus à 39 ans. Rebelote, trois jours après son arrivée au "Téfécé" en 2016. Il est victime d'une syncope.

Malgré cela, le Savoyard s'accroche et écrit une page de l'histoire du club toulousain, qu'il sauve malgré les dix points de retard sur le barragiste à dix journées de la fin. "Je vis avec un défibrillateur depuis trois ans, confie-t-il d'abord. Pour comprendre ma situation, il faut remonter à mon arrivée à Toulouse en mars 2016. Trois jours après, je me suis effondré sur le terrain pendant un entraînement victime d'une syncope. Il m'est alors arrivé quelque chose dont je n'ai jamais parlé publiquement. Je suis dans ma chambre d'hôpital et j'espère sortir pour coacher l'équipe à Marseille. Mais le ciel me tombe sur la tête : 'J'ai votre assurance vie' et il me propose de me poser un défibrillateur sous le bras (…)." Chose qu'il accepte, Toulouse ira au Vélodrome sans lui mais l'essentiel est bien évidemment ailleurs.

"Mon président a été extraordinaire"

Au cours de l'entretien, il salue l'attitude du président Sadran : "Olivier Sadran, mon président de Toulouse a été extraordinaire et a refusé que je démissionne. Au final, on est partis ensemble pour un sauvetage historique." Il quitte Toulouse en janvier 2018 pour se consacrer à sa santé à la suite de nouvelles complications. Effectivement, le communiqué de l'époque évoque des "conditions sportives et extra-sportives non réunies" pour continuer la collaboration. Un choix sage, les médecins lui ont affirmé qu'il était désormais "parfaitement apte à reprendre (son) métier".

On peut ne pas aimer le coach ou l'homme, mais son courage force le respect. Un courage qui devrait le mener à nouveau sur un banc de Ligue 1 dans les prochains mois.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté