Journaliste : "Dur de voter pour un violeur au Ballon d'Or"

Antoine Mérand - mercredi 05 décembre 2018 2.1k Likes

Qui pour seconder Luka Modrić ? Griezmann, Varane, Mbappé, Messi, Salah ? Non. Cristiano Ronaldo. Vainqueur et meilleur buteur de la Ligue des Champions 2018, le Portugais s'offre un huitième podium consécutif au Ballon d'Or.

Avec 476 points, Ronaldo a de nouveau été largement plébiscité par les journalistes du monde entier. Cependant, Natasha Raheel, journaliste sportive pakistanaise en charge de voter, a clairement affiché sur les réseaux sociaux son refus d'accorder son vote à CR7, pour des raisons extra-sportives.

"C'est dur de voter pour un violeur"

Modric, Messi, Mbappé, Salah et Courtois sont les 5 votes de Natasha Raheel, épinglée sur Twitter par un journaliste espagnol pour ne pas avoir cité Ronaldo. S'en est suivi sur le réseau social un long plaidoyer de la Pakistanaise.

@Ahmed: "Ronaldo même pas dans le top 5, Nathasa Raheel."

@Natasha : "Dur de voter pour un violeur, désolée."

@Ahmed: "Vous auriez dû vous récuser vous-même si vous n'êtes pas capable de voter pour le mérite."

@Natasha : "Qu'est-ce que ça veut dire ? Sérieusement... Dans ce cas, vous n'êtes qu'un apologiste du viol. Que diriez-vous de vous sauver vous-même en vous taisant ? Maintenant, vous connaissez la raison pour laquelle je n'ai pas voté pour CR7. Soyez un fan boy ailleurs."

@Natasha : "Je ne pouvais tout simplement pas voter pour CR7 par conscience, cela ne me semblait pas juste. Vous ne pouvez pas voter pour un prétendument violeur. Si cela me rend moins crédible, qu’il en soit ainsi."

@Arsalan : "Avez-vous un cerveau qui fonctionne ? Il n’est même pas coupable et il a des tonnes de preuves en sa faveur. Allez-vous avoir honte quand il ne comparaîtra pas devant le tribunal ? Qu'allez-vous faire ensuite ? Allez au Diable avec votre féminisme !"

@Natasha : "S'il s'avère innocent, il ne perd rien. Il a de l'argent, il a des fan boys, ce qui est bien, il a tout bon. Mais s'il s'avère ne pas être innocent, ce sont des personnes qui donnent le pouvoir à un type qui a abusé de quelqu'un, violé dans ce cas."

Pour la défense de la journaliste pakistanaise, son pays est la cible de nombreux viols sur des enfants. En 2017, Amnesty International a lancé un appel pour « mettre un terme à l’impunité pour les violences sexuelles" au Pakistan.

De plus, depuis 2012, le Pakistan est classé avant-dernier (143ème sur 144 pays) dans le rapport mondial sur la parité entre hommes et femmes.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté