Nasri accuse la France de racisme dans le traitement du cas Benzema

Hadrien R. - lundi 09 octobre 2017 4k Likes

Samir Nasri n'a jamais eu la langue dans sa poche. Retraité de l'équipe de France depuis 2014, l'ancien Marseillais essaie actuellement de relancer sa carrière du côté d'Antalyaspor, qu'il a rejoint cet été. Dans un entretien accordé à Canal+, le milieu de terrain de 30 ans en a notamment profité pour donner son avis sur le cas de son ami, Karim Benzema, écarté de l'équipe de France par Didier Deschamps depuis "l'affaire de la sextape" de Mathieu Valbuena.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Samir Nasri n'a pas mâché ses mots et n'a pas hésité à dévoiler le fond de sa pensée. Pour lui, si Benzema n'est plus appelé en Bleus, c'est à cause d'une partie raciste de la France :

"Je suis désolé pour lui parce qu'il a vraiment envie de revenir jouer en équipe de France, c'est vraiment injuste ce qui lui arrive. C'est assez bête de se passer d'un joueur comme ça, tu peux avoir une attaque Mbappé, Benzema, Griezmann, Dembélé... c'est une bêtise pour moi. Ce qui a pesé, ce sont clairement ses origines. Je l'ai vécu aussi, je peux dire la même chose. Hatem l'a vécu aussi, la saison qu'il fait à Nice, il doit être à l'Euro, je suis désolé." 

Amer, l'ex-Gunner a ensuite rajouté : "Mathieu Valbuena n’est plus dans l’actualité de l’équipe de France, pourquoi Benzema ne reviendrait pas ? Faire neuf ou dix ans au Real Madrid en ayant éliminé toute la concurrence, qui que ce soit, avec six entraîneurs différents… Il faut savoir reconnaître et s’incliner."

Si ses arguments sont contestables, lui qui n'a pas toujours eu un comportement des plus respectables, ils ont au moins le mérite d'être clairs. Depuis sa prise de fonction, Didier Deschamps privilégie cependant le rapport avec ses joueurs plutôt que les performances sur le terrain. A moins d'un miracle, c'est la raison pour laquelle Karim Benzema a aujourd'hui très peu de chances de figurer dans la liste de l'équipe de France pour la Coupe du monde 2018, lui qui avait notamment déclaré que Deschamps avait "cédé à une partie raciste de la France sur son cas." Une phrase qui n'est jamais passée pour la Dèche. 

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté