Le jour où le Real Madrid a battu le FC Barcelone 11-1

Jonathan Ferdinand - jeudi 27 décembre 2018 4.4k Likes

Depuis dix ans, quand il s'agit de trouver une correction du FC Barcelone par le Real Madrid, la tâche n'est pas si compliquée. 4-1 en mai 2008 ; 6-2 orchestré par Messi, Eto'o et Henry au Santiago-Bernabéu ; manita 5-0 au Camp Nou en 2010 ; 5-1 en 2018, toujours au Camp Nou. Toutefois, ce qui reste comme la pire défaite de l'histoire des Clasicos a bien tourné à l'avantage de la Casa Blanca.

Nous sommes le 13 juin 1943, quatre ans après la guerre civile espagnole, le Real pulvérise le Barça en demi-finale de Coupe du Roi, appelée à l'époque Coupe du Généralissime, sur le score de 11-1. La victoire catalane 3-0 à l'aller devient anecdotique. Selon certains historiens, ce sévère revers serait le fruit d'une manipulation. Dans le camp barcelonais, on y voit même une source de l'antagonisme actuel entre Madrid et Barcelone. Même en dehors du rectangle vert, les deux plus grandes villes d'Espagne sont dans la rivalité. Une rivalité qui pourrait s'expliquer côté catalan par cette défaite historique du Barça. Dans l'histoire des affrontements entre Culés et Merengues, ce 11-1 de juin 1943 est définitivement à part, même s'il n'est pas le match le plus légendaire.

Pour Europe 1, Thibaud Leplat, auteur de Clasico : la guerre des mondes raconte : "Lors de ce match, un militaire, directeur général de la sécurité, serait passé dans les vestiaires du Barça. Est-ce vrai ? Quand l'a-t-il fait ? Avant le match ? A la mi-temps ? On ne le sait pas. Mais ce qui est intéressant ici c'est le discours mythologique qui a été créé a posteriori. Il est une justification pseudo-historique de la persécution dont ont été victimes les Catalans. Faites l'exercice avec un supporter du Barça. Demandez-lui les racines de la rivalité avec le Real. Au bout de 3-4 minutes, il vous parlera de ce match-là, alors qu'à Madrid, on ne retiendra que la victoire et le score. Pour le Barça, ce match est un mythe qui sert à créer une identité."

Une identité cultivée encore aujourd'hui en Catalogne et qui contribue à renforcer la rivalité entre Madrid et Barcelone. Pour le plus grand bonheur de la Liga.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté