Comment des médecins français ont failli tuer Ronaldo en 1998

Florian M. - dimanche 14 juillet 2019 0 Like

Le 12 juillet 1998, la France affronte le Brésil à Saint-Denis pour la finale de la Coupe du monde. Zinédine Zidane et Emmanuel Petit permettent aux Bleus d'obtenir leur première étoile, en marquant et portant le score final à 3-0. Si le doublé de Zizou ou les commentaires de Thierry Roland ont marqué les esprits, il restait de nombreux points d'ombre sur cette rencontre.

Et l'histoire de Ronaldo, le célèbre attaquant de la Seleção, laissait plusieurs sceptiques dans le doute. La grande question qui se posait à l'époque était la suivante : Comment a-t-il pu réaliser un match aussi décevant ? Beaucoup pensent que la clé se trouve dans le duel impressionnant avec Fabien Barthez. Des mois et des années plus tard, de nombreuses révélations évoquent une autre alternative.

Après la défaite, les Brésiliens ont cherché à comprendre pourquoi R9 n'avait pas été efficace. On apprend avant tout que le joueur aurait fait un malaise quelques heures avant la rencontre. Et avant cela, une crise d'épilepsie, dans la nuit du 11 au 12 juillet. Le Brésilien aurait été emmené à la clinique des Lilas pour des examens neurologiques et cardiaques. Clinique où il est arrivé avec un rythme cardiaque de seulement 18 pulsations par minute.

Le 12, Ronaldo aurait dû rester hospitalisé mais il aurait insisté pour être sur le terrain avec ses partenaires. Le sélectionneur Mario Zagallo témoigne : "Je ne pouvais pas laisser 160 millions de Brésiliens déprimés, en leur disant que le meilleur joueur du monde n'allait pas disputer la finale. Il m'a dit qu'il se sentait bien. Mais c'était une erreur."

La nuit précédant la finale, Ronaldo a fait un malaise devant Roberto Carlos. Il a repris ses esprits sans se souvenir de ce qui venait de se passer. Il confia plus tard que "quand le docteur m'a raconté ce qui avait eu lieu, j'étais très choqué."

Proche de la mort

L'issue aurait pu être très grave. Bruno Caru, spécialiste de la cardiologie du sport affirme à Mediaset en 2012 que "les médecins français se sont fiés au diagnostic de la crise d'épilepsie fait par Roberto Carlos et non par le diagnostic d'un médecin. Ils lui ont donné un médicament très puissant, bon pour l'épilepsie mais pas recommandé pour les problèmes cardiaques. Ils ont donné un sédatif très lourd, le Gardenale, utilisé par Marilyn Monroe pour se suicider. Ce médicament réduit et inhibe fortement l'activité cérébrale."

En 2010, Jean-Pierre Mondenard écrivait dans son livre Dopage les mots suivants : "Il souffrait des genoux depuis le début du Mondial et le staff médical lui faisait des infiltrations pour qu'il puisse jouer malgré son handicap. De plus, ce genre de produits contient un anesthésique qui peut, s'il est injecté en partie dans un vaisseau sanguin, provoquer un choc avec une perte de connaissance pouvant faire penser à une crise d'épilepsie."

Si Ronaldo s'en est tiré, l'histoire de son malaise lors de la finale cache probablement l'un des plus grands secrets de l'histoire du football. Mais elle aurait également pu cacher l'un des plus grands scandales si tout cela avait mal tourné.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté