L'attentat inimaginable d'Eric Cantona sur Der Zakarian

Hugo Saturnin - vendredi 03 mai 2019 0 Like

Fort d’une riche carrière, notamment à Manchester United, Eric Cantona était néanmoins connu pour son tempérament agressif sur les terrains. Le 5 avril 1988, l’ex-international français avait d’ailleurs fait honneur à sa réputation en commettant une faute volontaire totalement incroyable.

Ce jour-là, Auxerre se déplace à Nantes pour disputer un 16e de finale retour de Coupe de France. Si Eric Cantona n'a que 21 ans à ce moment-là, il dispose déjà d'une certaine science du tacle, comme va s'en apercevoir Michel Der Zakarian quelques minutes avant la fin de la première période. Agacé par l'attitude du Nantais, qui venait de commettre une faute sur lui, l’attaquant auxerrois prévient l’arbitre et lui demande de "préparer le carton rouge".

La suite est invraisemblable. 

L’attentat de Cantona sur Der Zakarian :

Michel Der Zakarian, victime du tacle :

"J'étais chargé de marquer Cantona, et il y avait eu des petits accrochages au cours du match. Quand on est défenseur, il faut se faire respecter, il y a toujours des duels, un peu d'intimidation, un peu de provoc, rien de méchant. Il était énervé, et il avait annoncé à l'arbitre qu'il allait m'attraper. C'est un gros tacle, il tacle haut. Disons que c'est un mauvais tacle d'attaquant. Mais je le vois arriver, et il ne me touche pas trop, il n'y a pas un gros contact. Au sol, j'en rajoute un peu. Il est parti de suite, il savait qu'il allait prendre le rouge. Après ? Rien, j'ai rejoué, c'est tout. Et on s'est fait éliminer. Par la suite, on a joué ensemble à Montpellier [lors de la saison 1989/1990], mais on n'en a jamais rediscuté. On n'est pas devenus ami, on était coéquipiers. On se connaissait depuis un moment, il a grandi à Marseille, comme moi, et j'avais joué avec son frère [Jean-Marie, l'aîné] aux Caillols. Si vous l'avez au téléphone, passez-lui le bonjour", expliquait-il au Monde

Robert Wurtz, arbitre de la rencontre :

"Tout à fait au début du match, après une ou deux minutes, Der Zakarian avait commis une faute normale sur Cantona, que j'avais sifflée, sans plus. Par la suite, les deux se retrouvent, et Cantona fait alors un premier tacle dangereux, trop dangereux. Je siffle le coup franc et, immédiatement, je lui donne un carton jaune. C'était la moindre des choses. Et là, j'ai vécu ce que, de toute ma carrière qui est pourtant assez longue, je n'ai jamais vécu. Cantona est venu vers moi quand je lui ai donné le carton jaune, et m'a dit : "Vous pouvez préparer le rouge." J'ai failli ne pas en revenir. Cantona, il est franc quand il parle, et une minute après il a effectivement fait son tacle, encore plus sauvage. Là, évidemment, j'ai sorti le carton rouge, c'était un minimum. Je me rappelle que, quand il est sorti du terrain – ça ne me concernait plus tellement –, il a fait un bras d'honneur à la tribune principale. Après coup, au vestiaire, Guy Roux est venu plaider la cause de Cantona, pour autant qu'elle pût encore être plaidée. Il nous a dit : 'Il faut comprendre, Der Zakarian et Cantona se connaissent depuis les catégories de jeunes, ils se sont souvent rencontrés, ils se connaissent, ils avaient un vieux compte à régler.' Je suis presque sûr que, ce jour-là, pour des raisons qui lui sont propres, Eric Cantona voulait se faire expulser du terrain à tout prix. C'était du Cantona. Cela dit, personnellement, j'ai toujours été admiratif de ce gars-là, malgré ses excès."

Suivez nous également sur YouTube : http://bit.ly/OhMyGoal-France

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté