Ce coup franc d'anthologie de Beckham qui a fait de lui un héros national

Luxmana P. - Friday 09 September 2016 1.2k Likes

Un soir d'octobre 2001, le Spice Boy a fait chavirer l'Angleterre entière... sur coup franc.

David Beckham, ce nom rime avec coup franc... et top model (on vous l'accorde). Désormais jeune retraité, l'ancienne star de Manchester United ou encore du Real Madrid, a marqué de son empreinte le football mondial par la qualité de sa patte droite.

De fait, l'élégant Beckham en aura délivré des caviars pour ses coéquipiers tout au long de sa carrière. Des faits d'armes, il en aura connu, dont le jour où il s'est fait pardonner par son Angleterre. Le milieu de terrain a bien délivré son peuple, un soir d'octobre 2001.

Les Three Lions sont alors menés par la Grèce 2-1 et voient leurs chances de qualification directe pour la Coupe du Monde 2002 s'éloigner... Dans les dernières secondes la rencontre, le numéro 7 anglais, un certain David Beckham, se présentait face au ballon, à une trentaine de mètres du cadre. La tension est à son comble, les fans sont assommés alors que la défaite se profile. Mais voilà, Beckham fait ce qu'il sait faire de mieux et envoie le cuir dans la lucarne d'Antónios Nikopolídis, offrant aux siens le précieux ticket pour le Japon et la Corée du Sud.

Un but d'anthologie qui marquera à jamais la carrière de l'ex joueur du PSG. Et pour cause, le héros national était avant cela pris à parti par son propre peuple. La cause ? Son expulsion en quarts de finale du Mondial 1998 face à l'Argentine. "Ce n'était pas seulement un coup franc pour l'Angleterre, c'était aussi pour moi. C'était le moment de tirer un trait sur quatre années de douleur, d'amertume, de haine. Comme si ce moment m'était réservé, raconte l'Anglais quelques années plus tard. Tous les doutes qui subsistaient à mon sujet en tant que joueur et en tant que personne avaient disparu en un instant. Je savais que l'un des chapitres les plus difficiles de ma vie avait pris fin. J'étais enfin pardonné. "

Il aura donc fallu près de trois ans à Beckham pour se faire faire pardonner redorer son image, le tout à Old Trafford. Comme quoi, le Théâtre des rêves porte bien son nom.

Add a comment +

To discover

You may also like

load more posts

Join the community