Le jour où un cheikh du Koweït a fait annuler un but de la France

Florian M. - samedi 12 janvier 2019 2k Likes

Les terrains de football sont parfois théâtres de scènes complètement folles. Nous avions assisté à l’impressionnante "remontada" du FC Barcelone face au Paris Saint-Germain, au comeback de Liverpool en finale de Ligue des Champions face au Milan AC, ou encore au sacre de Manchester City dans les derniers instants face à Queens Park lors de la saison 2011-2012. Des moments surréalistes dépassant l’entendement.

Pourtant, ce n’est rien à côté de ce qui a eu lieu le 21 juin 1982 à Valladolid. Alors que la Coupe du monde se déroule en Espagne, c’est un événement totalement absurde auquel vont assister les joueurs, les spectateurs, mais également les commentateurs du monde entier. Un moment unique, et inoubliable pour tous ceux présents ce jour-là.

Un cheikh peut changer un match

Ce jour-là, l'équipe de France de Michel Hidalgo fait son entrée en lice face à l'équipe nationale du Koweït. Une formalité pour les Bleus qui devraient logiquement s'imposer. Tout se déroule à merveille quand Alain Giresse inscrit le quatrième but de la France à la 79ème minute, synonyme de victoire assurée. Mais les joueurs koweïtiens et un homme en tribunes ne l'entendent pas de cette oreille.

L'homme en question n'est autre que le cheikh Fahd, alors président de la fédération koweïtienne de football. Mais ce n'est pas tout, il est également membre du CIO (Comité international olympique), et frère de l'émir du Koweït. Après le quatrième but des Français, il conteste pour une raison très particulière et va obtenir gain de cause.

Une histoire de sifflet

Alors que Michel Platini lance parfaitement Alain Giresse dans la profondeur, les joueurs du Koweït semblent s'arrêter de jouer et ne défendent plus. Pourquoi ? Tout s'explique avec la contestation des joueurs et du cheikh Fahd qui va descendre au bord du terrain pour s'expliquer avec l'arbitre, et lui demander de tout simplement annuler le but des Bleus.

À première vue, rien à signaler. Mais les Koweïtiens insistent et affirment s'être arrêtés à cause d'un coup de sifflet. Une blague de mauvais goût de la part d'un supporter, qui a été confondu sur le moment avec l'arbitre. Et après des discussions, l'officier de la rencontre décide d'annuler le but d'Alain Giresse. Une honte pour le sélectionneur français Michel Hidalgo qui s'énerve mais fait face aux forces de l'ordre.

Une scène absolument dingue que les joueurs de l'époque n'oublieront jamais. Malgré ce fait de jeu exceptionnel, la France l'emporte tout de même 4-1. Des années plus tard, la relation entre le sélectionneur français et le cheikh koweïtien sera très bonne, et l'incident fera partie du passé. L'un des moments les plus marquants et les plus étranges de l'histoire de la Coupe du monde.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté