Le jour où David Ginola est devenu le joueur le plus détesté de France

Florian M. - samedi 17 novembre 2018 0 Like

Le 17 novembre est un jour presque comme les autres. Mais dans le football français, c'est un jour qui est synonyme d'échec. Ce jour-là de l'année 1993, la France reçoit la Bulgarie au Parc des Princes pour les éliminatoires du groupe 6 de la Coupe du monde 1994. C'est le dernier match des éliminatoires, les Bleus sont deuxièmes derrière la Suède, et ont un point d'avance sur la Bulgarie. Un match nul suffit.

Les joueurs sont tendus, le public aussi. Pourtant, les joueurs de Gérard Houllier bénéficient de l'avantage du terrain, ce qui peut être un réel moteur pour les joueurs. Après la demi-heure de jeu, la star de l'époque Éric Cantona libère le pays et permet aux siens d'avoir un pied aux États-Unis. Quelques minutes plus tard, Emil Kostadinov fait redescendre la température du Parc en égalisant.

Douche froide

En seconde période, le jeu proposé par les deux équipes n'est pas le plus beau du monde. Mais pour les Français, la beauté du jeu n'est pas utile, et il faut avant tout défendre la cage de Bernard Lama. La fin du match approche, et la qualification des Bleus aussi. À la 69ème minute, personne ne se doute qu'une décision va tout changer : David Ginola entre en jeu. Celui qui fait vibrer le public du club de la capitale depuis la saison 1991-1992 doit apporter sa technique pour assurer le nul, voire l'emporter.

Les minutes passent, et le Parc des Princes est sur le point d'exploser. Les Bleus vont une nouvelle fois disputer une Coupe du monde. Mais juste avant le temps additionnel, alors que la France tient son billet pour les USA, David Ginola fonce sur son côté, et centre... La suite n'est qu'une succession d'éléments qui changeront l'histoire, et qui mèneront la France dans ce qui a probablement été le plus gros échec du sport français.

Le joueur qui évoluait au Paris Saint-Germain à cette époque rate son centre, alors qu'il n'avait qu'à conserver le ballon. Derrière, les joueurs de la Bulgarie réalisent une contre-attaque parfaite, et c'est Emil Kostadinov, encore, qui vient détruire les espoirs de l'équipe de France et de son public. La France n'ira pas aux États-Unis, et les Bulgares finiront quatrièmes de la compétition quelques mois plus tard.

Après cet épisode tragique, David Ginola a très souvent été considéré comme le principal fautif de cette désillusion. Détesté, l'ancien joueur a eu énormément de mal à poursuivre sa carrière à cause de cela. Une blessure qui restera à jamais dans son esprit, tout comme cet improbable retournement de situation qui a marqué le public français.

Le lendemain, L'Équipe sortait la Une mythique. Une première page qui dénonçait clairement ce que l'on pourrait considérer comme une faute professionnelle de la part des joueurs de l'équipe de France de l'époque. "Inqualifiable !" fera parler, et sera à nouveau utilisé au lendemain de la désillusion du Paris Saint-Germain lors de la "remontada" subie au Camp Nou, le 8 mars 2017.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté