Le jour où le LOSC s'est fait voler contre Man United en 8e de finale de C1

Maxime H. - jeudi 21 février 2019 3k Likes

À l'heure où les bons résultats du PSG (0-2 à Manchester United) et de l'OL (0-0 face au FC Barcelone) réconfortent un peu les fans français sur le rayonnement de la Ligue 1 à l'échelle européenne, un autre club hexagonal était lui aussi passé tout près d'une grande performance en Champions League, il y a 12 ans. 

Nous sommes en 2007, au stade Bollaert de Lens... pour un match du LOSC. Les Dogues, dont le Grand Stade n'est encore qu'utopie, reçoivent Manchester United en huitième de finale aller de C1. Le premier (et seul) de l'histoire de Lille, notamment grâce à sa victoire (0-2) à Milan. Jusque-là, les quatre rencontres entre les deux équipes, à chaque fois en phase de poules de LdC, sont étonnamment équilibrées : une victoire et un nul de chaque côté.

Dans une ambiance surchauffée, les hommes de Claude Puel font plus que rivaliser dans le jeu avec le grand United des Rooney, Ronaldo, Ferdinand ou encore Neville. C'est même le LOSC qui ouvre le score grâce à Peter Odemwingie, d'une tête rageuse. Enfin, croît ouvrir le score. L'arbitre, Eric Braamhaar, refuse le but pour une "faute" sur Vidic. C'est extrêmement généreux pour les joueurs de Ferguson au vu des ralentis. Le camp nordiste est furieux contre l'homme en noir néerlandais. Peut-être due à son homonymie, la performance de Braamhaar vire au scandale quelques instants plus tard.

83e minute. Manchester obtient légitimement un coup franc aux abords de la surface lilloise. Alors que Sylva est en train de placer son mur et que Scholes utilise son expérience pour demander à l'arbitre de le faire reculer, Braamhaar n'y prête aucune attention. L'arbitre est en train de discuter avec Ryan Giggs, qui vient de poser le ballon. Il est le seul des 23 acteurs sur la pelouse à être prêt et s'élance.

Le coup franc de Giggs :

Les 42.000 spectateurs sont stupéfaits, au même titre que les commentateurs du match pour Canal+. Denis Balbir n'y va pas de main morte : "Mais quel arbitrage scandaleux de monsieur Braamhaar ! Depuis le début de la rencontre, on sait qu'il arbitre à contresens !"

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté