La célébration la plus épique de l'histoire signée Van Nistelrooy

Clément P. - vendredi 28 février 2020 0 Like

À chaque but, sa célébration. Et des buts, le Néerlandais Ruud van Nistelrooy en a mis un paquet. 347 en 588 matchs. De 1993 à 2012, il a notamment martyrisé les défenseurs sous les couleurs de Manchester United, du Real Madrid et de la sélection batave.

S'il n'avait pas, comme certains, de célébration fétiche, il y en a une qui est restée dans les mémoires. Contre Andorre, le 7 septembre 2005, pas question de salto ou de démonstration de joie exubérante. Pour Ruud van Nistelrooy, marquer, c'est l'occasion de se venger.

La célébration la plus épique de l'histoire :

Dans cette rencontre comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2006, les Néerlandais prennent rapidement les devants face à la sélection andorrane. Rafael van der Vaart ouvre la marque dès la 23e, avant que Phillip Cocu (27e) et Van Nistelrooy lui-même (43e) ne fassent eux aussi trembler les filets du Philips Stadion d'Eindhoven.

3-0 à la mi-temps, le match est plié. Pas de quoi étancher la soif de buts de l'attaquant. En seconde période, il a l'opportunité d'alourdir le score sur penalty. Coup de sifflet, course d'élan, frappe trop croisée. La balle heurte le montant. De quoi réjouir ses adversaires, dont l'un vient même chambrer le Oranje ! Grossière erreur.

À la 89e, oublié au deuxième poteau, il est à la retombée d'un coup franc qu'il propulse de volée dans les cages adverses. L'affront du penalty manqué est lavé, le buteur a scoré à nouveau. S'en satisfaire humblement ? Pas son style. À peine le ballon au fond des filets, il se met à la recherche de son ancien bourreau, et en fait sa nouvelle victime ! Grand seigneur, il vient célébrer son but sous le nez de son adversaire.

Cette petite mesquinerie lui vaudra un carton jaune. Mais qu'importe. Il est vengé.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté