Souvenez-vous : la folle remontada de Man Utd en finale de la LDC 1999

Antoine Mérand - mardi 18 décembre 2018 1.2k Likes

La victoire, ou la somme de tous les espoirs.

C’est sur la force des espoirs que repose la victoire, et non sur celle des partisans. Car la puissance de l’homme se mesure à sa capacité à espérer. Si l’expression « l’espoir fait vivre » n’est désormais utilisée que sur le ton de la blague ou de la moquerie, elle n’en demeure pas moins une vérité absolue. L’espoir fait vivre, et fait gagner.

L’épopée européenne de Manchester United en 1999 est un exemple de cran, de fierté et d’acharnement, mais avant tout une allégorie parfaite de ce que l’on appelle « croire », ou « ne rien lâcher ».

En demi-finale, les Red Devils affrontent la Juventus. Menés 1-0 au match aller chez eux durant toute la rencontre (depuis la 8ème minute), ils parviennent à égaliser à la toute dernière minute par l’intermédiaire de Ryan Giggs. Au retour, dans l’enceinte de la Vieille Dame, ils seront cueillis d’entrée : au bout de 11 minutes, les Mancuniens sont menés 2-0. Il n’y a pas le choix, il faut égaliser pour espérer se hisser jusqu’en finale. 24ème minute : Keane recolle au score, avant que York ne marque le but du 2-2 à dix minutes de la pause. Le retard est fait, et le score tiendra. Score final, 2-2.

Grâce à ses deux buts à l’extérieur, Manchester United est qualifié pour la deuxième finale de Ligue des Champions de son histoire. L’adversaire ? Le Bayern Munich.

La plus folle de toutes les finales de ldc

Le Camp Nou sera le théâtre de l’affrontement entre le champion d’Allemagne et le champion d’Angleterre de cette année-là. 0-0, balle au centre, Pierluigi Collina donne le coup d’envoi. Le Bayern Munich est tout de suite plus entreprenant, et Manchester paye une nouvelle fois son manque de concentration dès l’entame du match. Comme lors des deux confrontations face à la Juventus, United encaisse un but dans les dix premières minutes, au grand désespoir de Sir Alex Ferguson. 

Le temps passe, et les Anglais se dirigent très certainement vers une déroute. Mais la victoire a toujours appartenu à ceux qui y croyaient le plus. On entre dans le temps additionnel, de trois minutes, et United pousse. Les Allemands, presque assurés de tenir leur quatrième sacre dans la compétition, sont loin de se douter de ce qu’il va se passer, et ne l’oublieront jamais.

90+1, corner pour Manchester, la défense bavaroise dégage mal, et Giggs récupère. Le Gallois tente sa chance, et son tir est prolongé par Sheringham, à la limite du hors-jeu : 1-1. Le banc et les supporters exultent, et la folie gagne le Camp Nou. Mais le plus beau reste encore à venir.

90+3, nouveau corner. Le Bayern est sous pression, encore abasourdi par cette égalisation dans les derniers instants. Complètement transcendés, les Red Devils semblent pour leur part inarrêtables. Oublié au second poteau, Solskjaer ajuste tranquillement Oliver Kahn : but. C’est inconcevable, mais pourtant bien réel. En deux minutes, les deux dernières, Manchester United vient d’effectuer la plus belle remontada possible : en finale de la Ligue des Champions.

C’est terminé. Les joueurs, le staff, les supporters, tous sont comme des enfants : fous, heureux, les yeux dans les étoiles. On comprend pourquoi. 

La réaction des supporters sur les deux buts :

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté