La déclaration de Trémoulinas qui en dit long sur la mentalité française

Hugo Saturnin - mardi 26 février 2019 1.7k Likes

La semaine dernière, Benoît Trémoulinas a annoncé la fin de sa carrière, à 33 ans. Faussé depuis quelques années par des blessures à répétitions, l’ancien international français a décidé d’écouter son corps en raccrochant les crampons. Invité de l’émission Le Vestiaire diffusée sur RMC Sport, l’ancien joueur des Girondins de Bordeaux a retracé sans filtre les moments marquants de sa carrière.

Vainqueur de deux Europa League sous les couleurs du FC Séville, Benoît Trémoulinas a sans surprise été interrogé sur son passage en Andalousie, et plus particulièrement sur son ancien coach, aujourd'hui à Arsenal, Unai Emery. "Je n’en ai pas gardé un grand souvenir d’Unai Emery, mais quand même grâce à lui j’ai remporté deux Ligues Europa. Ses méthodes de travail étaient très difficiles, il en demandait beaucoup aux entraînements, les séances étaient très longues. Les veilles de match, d’habitude dans un club on fait 40-50 minutes d’échauffement, avec lui on faisait ça, mais il rajoutait 45 minutes de coups de pied arrêtés”, a déclaré le Français à propos du technicien espagnol avant de poursuivre.

"Honnêtement, il m’a épuisé"

“Il y avait beaucoup de lassitude, mais grâce à tout ça, on a gagné deux Ligues Europa, je ne peux pas cracher dessus. Mais ses méthodes ne me ressemblaient pas.” Des propos relativement surprenants qui en disent long sur la mentalité des joueurs français, réputés moins travailleurs. Mais l’ancien Girondin en a rajouté une couche lorsque Frank Leboeuf le questionne sur les séances vidéos d’Unai Emery. "C’était une purge. Quand on jouait contre le Barça et le Real, on regardait 3-4 vidéos dans la semaine. Mais le pire, c’était dans le vestiaire avant la rencontre, il nous remettait une petite vidéo de 30 minutes. Honnêtement, il m’a épuisé.”

Décidément, Benoît Trémoulinas n’est pas le joueur qui aura gardé le meilleur souvenir de l’ancien technicien du Paris Saint-Germain. Une déclaration qui remet aussi en lumière les nombreuses questions sur la mentalité française, qu’avait d’ailleurs critiqué Carlo Ancelotti en 2014 en déclarant dans une interview accordée au Financial Times “Les Français ne comprennent pas pourquoi ils doivent travailler à 100% tous les jours.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté