Ce chewing-gum qui a contribué au succès de l'Angleterre en Coupe du monde

Antoine Mérand - mardi 18 décembre 2018 515 Likes

En 1966, l'Angleterre accueille la 8ème édition de la Coupe du monde de football. Emmenée par Alf Ramsey, la formation britannique l'emportera en finale face à l'Allemagne de l'Ouest, au terme d'un match fou, conclu sur un score de 4-2 après prolongations. Si Geoff Hurst assurait dans son rôle d'attaquant (4 buts inscrits au total), Gordon Banks était quant à lui le dernier rempart anglais. Gardien de Leicester, avec qui il remporte la Coupe de la Ligue anglaise en 1964, il dispute sa seconde Coupe du monde, après l'échec en quart de finale en 1962. 

En 2016, Banks était interrogé par le Dailymail. L'occasion pour lui de retracer les faits marquants de sa carrière. L'anecdote la plus croustillante qu'il livrera est relative à la demi-finale de ce Mondial 66, qui opposait l'Angleterre à une surprenante équipe du Portugal. 

L'affaire du chewing-gum 

"L'ancien gardien de but de Manchester City Bert Trautmann m'avait appris à prendre quelques morceaux de chewing-gum et à les mâcher, jusqu'à ce que le goût disparaisse. Ensuite, il fallait cracher la gomme sur ses mains et les frotter l'une contre l'autre. Et lorsque l'adversaire arrivait près du but, il ne restait alors plus qu'à se lécher les mains pour les rendre collantes, et ainsi capter parfaitement le ballon", déclare Banks, qui jouait donc dans les buts sans porter de gants.

"Lors de la Coupe du monde, l'adjoint du coach Ramsey - Harold Shepherdson - m’en plaçait toujours avant les matches. Mais avant la demi-finale contre le Portugal, j’étais dans le vestiaire et j’ai demandé où était mon chewing-gum, qui devait normalement être posé sur la table de massage. Ramsey a juste regardé Harold et il est devenu rouge vif et a dit : « Je l’ai oublié ! » Alors Alf l'a envoyé en bas de Wembley Avenue chez le marchand de journaux le plus proche. À ce moment-là, nous étions dans le tunnel, prêts à rentrer sur le terrain. Il a dû parcourir l'Avenue comme un éclair, mais il me l'a donné juste à temps. Je n’aurais pas été pareil sans elle. J'y étais habitué."

L'Angleterre s'imposera 2-1, grâce à un doublé de Bobby Charlton. Qui sait si sans ce chewing-gum, le Portugal ne serait pas parvenu à faire trembler les filets à plusieurs reprises ? 

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté