Cristiano Ronaldo : "Là-bas, je pleurais tout le temps"

Hugo LC - mercredi 04 octobre 2017 784 Likes

Ce n'est pas un secret pour personne, Cristiano Ronaldo est un joueur hors du commun, qui a su faire de son rêve une réalité grâce à sa détermination et son travail. Conscient d'être une véritable source d'inspiration pour les plus jeunes, le Portugais a tenu à évoquer son parcours dans une lettre émouvante publiée sur le site The Players' Tribune.

Le déclic de CR7

« Enfant, je n'avais aucun muscle. J'ai donc pris une décision à l'âge de 11 ans. Je savais que j'avais beaucoup de talent, mais j'ai décidé que j'allais travailler plus dur que tout le monde. Je ne voulais plus jouer comme un enfant. Je n'allais plus agir comme un enfant. J'allais m'entraîner pour être le meilleur au monde », a-t-il expliqué, avant de lâcher une croustillante anecdote. 

Cristiano Ronaldo reconnaît qu'il pleurait tous les jours

« Au début, c'était dur. Là-bas, je pleurais presque tous les jours. J’étais toujours au Portugal, mais c’était comme si j’avais changé de pays. L’accent rendait la langue différente, la culture était différente (ndlr : que celle de Funchal, sa ville natale). Je ne connaissais personne, je me sentais seul. Ma famille ne pouvait se permettre de venir me voir qu’une fois tous les quatre mois. Ils me manquaient tellement que chaque journée était douloureuse. C’est le football qui m’a permis de continuer à avancer. Je savais que je faisais des choses sur le terrain que les autres enfants de l’académie ne savaient pas faire », a poursuivi CR7. 

Ses partenaires se moquaient de lui

« Il y avait toujours quelqu’un pour dire: ‘C’est dommage qu’il soit si petit’. Et c’est vrai, j’étais frêle, je n’avais pas de muscle. Donc j’ai pris une décision. Je savais que j’avais du talent, mais j’ai décidé que j’allais travailler plus dur que tout le monde. J’allais arrêter de jouer et de me comporter comme un enfant. J’allais m’entraîner pour devenir le meilleur du monde. Je ne sais pas d’où ça m’est venu. C’était en moi. Le soir, j’ai commencé à m’échapper de mon dortoir pour aller m’entraîner. Je suis devenu plus fort et plus rapide. (…) Quand j’avais 15 ans, je m’en souviens parfaitement, j’ai dit à mes coéquipiers à l’entraînement: ‘Un jour, je deviendrai le meilleur du monde’. Il y a eu des moqueries. Je n’étais pas encore dans l’équipe première du Sporting, mais j’y croyais. J’étais vraiment sérieux », a conclu l'attaquant du Real Madrid, qui divise aujourd'hui les fans de football mais qui reste un exemple pour les plus jeunes souhaitant devenir footballeur professionnel. 

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté