Équipe de France : Jamel Debbouze tente l'impossible pour Karim Benzema

Hugo LC - vendredi 20 octobre 2017 3.9k Likes

Boycotté par l'équipe de France et Didier Deschamps depuis l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, Karim Benzema continue pourtant de faire le bonheur du Real. Étincelant depuis 10 ans à Madrid, l'ancien attaquant de l'Olympique Lyonnais vit sans doute mal le fait de ne pas pouvoir montrer son talent avec les Bleus. Mais il peut toutefois se réjouir du nombre incalculable d'encouragements qu'il reçoit.

Dernier soutien en date, celui de Jamel Debbouze, qui a livré une sublime anecdote dans une interview accordée à RMC"Karim est l’un des meilleurs attaquants du monde. J’ai été voir le patron de la Fédération pour lui demander, presque à genoux, qu’il revienne. Je n’ai aucune légitimité là-dedans. Mais j’aime le football, j’aime Karim. C’est un symbole, a déclaré l'humoriste, avant d'enchaîner.

"Quand j’entends notre frère à tous, Zizou, parler de lui, je me dis qu’on ne peut pas faire l’économie de ce mec. Il joue super bien au Real. Il paie trop cher. Evidemment s’il n’était pas au niveau, on ne discuterait pas. Mais il est au niveau. On s’est tous mal comportés dans notre vie et on ne peut pas traîner ça toute notre vie. Il le sait ça, Didier."

Pour finir, Jamel Debbouze estime que Benzema est victime d'une injustice, qui a pris une dimension politique : "A l’époque, je pense que c’était presque une affaire politique. Manuel Valls s’en était mêlé (...) Mais si Karim n’a rien à voir avec ça ou alors de très loin, c’est trop lourd, trop cher. On a besoin d’éléments comme ça pour plein de raisons. Pour le sport mais aussi pour notre société. Il faut que tout le monde soit représenté dans cette équipe de France. Elle est notre symbole. En 1998, cette équipe avait remporté la Coupe du monde mais pas seulement. Elle a fait reculer le Front National. Il faut qu’il revienne, un point c’est tout !"

Ça a le mérite d'être clair.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté