Ce que Sarri a fait à Koulibaly lors de la naissance de son fils

Hugo LC - vendredi 28 juin 2019 0 Like

Ce n'est pas un secret, Maurizio Sarri est un entraîneur très particulier. Doté d'un fort caractère, l'Italien n'a pas sa langue de sa poche et combat ce stress constant en fumant 60 cigarettes par jour. Dans une interview accordée à The Prayers tribunes, Kalidou Koulibaly a d'ailleurs livré une incroyable anecdote sur le désormais ex-entraîneur du Napoli, aujourd'hui à la Juventus. 

L'anecdote invraisemblable de Koulibaly sur Sarri :

« Je n’oublierais jamais cette journée, ça, c’est une histoire folle qui résume tout ce qui touche au Napoli. Ma femme était allée à la clinique le matin et nous jouions face à Sassuolo chez nous le soir même. Nous étions en séance vidéo et mon téléphone n’arrêtait pas de vibrer. Je l’éteins d’habitude, mais j’étais inquiet pour ma femme. Elle m’a appelé 5 ou 6 fois. Notre coach était Maurizio Sarri. C’est un gars très intense et je ne voulais pas répondre. Mais finalement je me suis précipité dehors et ma femme m’a dit. "Tu dois venir, notre fils arrive". Je vais voir Sarri et je lui dis : "Monsieur, je suis désolé, mais je dois partir maintenant, mon fils arrive."

La réponse de Sarri ?

« Il me regarde et me dit : "Non non non. J’ai besoin de toi ce soir Kouli. tu ne peux pas y aller." J’insiste : "C’est la naissance de mon fils monsieur. Tu peux faire ce que tu veux de moi, suspends-moi je m’en fous. J’y vais." Sarri, qui est stressé fume fume fume, réfléchit et me dit : "OK, OK, tu peux aller à la clinique, mais tu dois être de retour pour le match ce soir, j’ai besoin de toi Kouli." »

Une fois revenu de la clinique, Koulibaly assiste à une scène assez incroyable. « Je cherche mon nom (ndlr : sur la composition) et là, mon numéro n’est pas là. Je lui dis : "Monsieur, vous plaisantez j’espère ? Mon fils, ma femme, je les ai laissés, tu as dit que tu avais besoin de moi". Et là il me répond : "Oui, j’ai besoin de toi... sur le banc de touche." J’y pense maintenant et j’ai envie de rire. Mais à ce moment-là, j’ai eu envie de pleurer. »

Surréaliste. 

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté