L'OM soupçonne Aulas d'avoir organisé un contrôle anti-dopage

Jonathan Ferdinand - jeudi 03 mai 2018 2.4k Likes

Ce jeudi, l'Olympique de Marseille doit valider sa qualification pour la finale de la Ligue Europa face au Red Bull Salzbourg. Après une victoire encourageante en demi-finale aller la semaine dernière (2-0), les coéquipiers de Dimitri Payet doivent assurer afin de pouvoir s'offrir une nouvelle finale de Coupe d'Europe, la première depuis celle perdue contre Valence en 2004. Toutefois, la préparation du match face aux Autrichiens de Salzbourg a été perturbée mardi après-midi, à 48 heures du match, par un contrôle anti-dopage.

Un préleveur mandaté par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) s'est en effet présenté à la surprise générale à la Commanderie afin de contrôler cinq joueurs marseillais : Jordan Amavi, Steve Mandanda, Dimitri Payet, Adil Rami et Florian Thauvin. Selon Le Monde, si les joueurs se prêtent au contrôle dans une "ambiance détendue", le staff pour sa part l'est "beaucoup moins." Ce contrôle inopiné ne passe pas à l'image des propos de Rudi Garcia en conférence de presse mercredi.

"Comment j'ai pris ce contrôle ? Mal, a-t-il déclaré. On n’a rien à cacher et je ne me plains pas, mais j’ai trouvé ça un peu bizarre à deux jours d’un match aussi important. Le type est arrivé tout seul avec une carte de médecin périmée, sans tampon sur l’ordre de mission, et on a perdu deux heures sur le départ de l’entraînement, voilà pourquoi je n’étais pas spécialement ravi." Le staff marseillais s’interroge sur une éventuelle intervention de Jean-Michel Aulas, en passe d'armes médiatique avec le président marseillais Jacques-Henri Eyraud, dans ce contrôle. L'OM pense qu'Aulas aurait poussé l'AFLD à venir contrôler.

De son côté, l’AFLD s'est empressée de rappeler à l'AFP qu'elle était "une autorité publique indépendante" et que son préleveur était bien en règle. De plus, ce contrôle n'a rien d'étonnant rapporte Le Monde. La FIFA, à l'approche de la Coupe du monde 2018, souhaiterait qu'un maximum d'informations, les paramètres sanguins et stéroïdiens, figurent dans les passeports biologiques des internationaux. D'où, un contrôle anti-dopage ciblé sur des internationaux, hormis Jordan Amavi qui a porté le maillot Bleu uniquement en jeunes et avec les Espoirs.

Le PSG et l'OM, vilains petits canards

Le préleveur de l'AFLD aurait consigné l'attitude véhémente du staff, notamment celle de Rudi Garcia, dans son rapport. L'Olympique de Marseille devrait être rappelé à l'ordre par courrier par l'instance. Ce n'est pas la première fois qu'un club français se fait sermonner, le PSG pour un comportement similaire lors d'un contrôle d'après-match avait reçu pareil courrier.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté