Quand Pépé était gardien... et deuxième meilleur buteur de la compétition

Jonathan Ferdinand - vendredi 01 février 2019 3.9k Likes

Fort de ses 15 buts en Ligue 1, Nicolas Pépé est le troisième meilleur buteur du championnat derrière Kylian Mbappé (1er, 18 buts) et Edinson Cavani (2e, 16 buts). Un élément essentiel de la réussite du LOSC. Si les Lillois sont pour le moment dauphins du PSG, ils le doivent en bonne partie à l'international ivoirien. Pourtant, son parcours n'a pas été simple, loin de là. L'attaquant nordiste n'a intégré un club pro que sur le tard, à 18 ans.

Avant de faire du football un métier, Nicolas Pépé a fait ses classes du côté du FC Solitaires Paris Est. Et si vous demandez à son ancien président Guy Fraineau de vous ressortir des photos d'époque, vous pourrez découvrir le natif de Mantes-la-Jolie avec un maillot de gardien. Car, oui, Nicolas Pépé, fut un temps, défiait les attaquants avant d'être un des leurs. "Au départ, c'était pour rendre service, on n'avait pas de gardien en benjamins", raconte le président pour L’Équipe. "C'était un petit chat, il sautait partout, n'avait pas peur du contact", répond en échos Abou Diomande dans le quotidien sportif qui lui consacre un beau portrait ce vendredi.

"Il sait comment un gardien se déplace"

Pépé était bon gardien mais n'avait pas la taille adéquate pour percer au plus haut niveau. Mais ce passage dans les buts lui a servi pour en marquer. "La différence qu'il a aujourd'hui, c'est qu'il sait comment un gardien se déplace car lui se déplaçait très bien. Et c'est pour ça que, devant le but, c'est un tueur. Il bute très rarement sur un gardien", explique l'un des formateurs du FC Solitaires Paris Est. Ali Ahamada fait partie des gardiens professionnels ayant fait des arrêts et marqué dans un même match. Mais pour Pépé, en jeunes, c'était la norme. Quand ses équipes menaient largement au score, il sortait des cages pour aller s'amuser dans le champ. Après avoir parlé avec ses mains, il parlait avec ses pieds.

Dans le papier de L’Équipe, un formateur confesse que pendant un tournoi, Pépé avait terminé à la fois meilleur gardien et deuxième meilleur buteur de la compétition, preuve qu'il n'était pas un gamin comme les autres. Après la mutation de son père, surveillant pénitencier dans la banlieue de Poitiers, il intègre le Stade Poitevin FC. Il y fait ses classes et oublie le poste de gardien. Sa facilité balle au pied et son sens du but permettent à la CFA 2 poitevine de monter à l'issue de la saison 2012-2013. Dans la foulée, il rejoint le SCO. La suite, on la connaît, le chat est devenu lion.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté