L'incroyable anecdote sur Tuchel qui explique les raisons de son surnom

Jonathan Ferdinand - mardi 15 mai 2018 1.8k Likes

C'est acté, Thomas Tuchel va remplacer Unai Emery sur le banc du Paris Saint-Germain la saison prochaine. Le technicien allemand aura l'obligation de faire progresser le PSG qui, depuis deux ans, échoue à dépasser le stade des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Tout gagner à l’échelle nationale ne suffira pas pour l'ancien entraîneur du Borussia Dortmund. Unai Emery peut en témoigner, il faudra "performer" sur la scène européenne. Et si l'émir du Qatar souhaitait une personnalité plus forte que celle du Basque, dans l'espoir d'aller plus loin en C1, il est servi : Thomas Tuchel est une forte tête.

A chaque fois qu'il a quitté un club, Mayence puis Dortmund, l'homme de 44 ans en est parti fâché. Lorsque Tuchel et le club de la Ruhr négociaient, le FSV avait même prévenu le BVB du caractère difficile du bonhomme. En 2015, dans un entretien accordé au magazine Kicker, Heinz Müller, à l'époque gardien du FSV, racontait même comment son "dictateur" de coach l'avait éjecté du groupe pro. A coups "d'intimidation" et de "va te plaindre au directeur sportif et prend ton argent". Dernière preuve en date que Tuchel a un caractère bien trempé, le 11 avril 2017. Juste avant un quart de finale aller de C1 face à Monaco, le bus de Dortmund est attaqué à l'explosif, le match est reporté. Face à l'insistance de sa direction de jouer le match, il finit par accepter mais jure de quitter le Borussia à l'issue de la saison. Ce qu'il fera.

Pour 20 Minutes, Sami Allagui, sous les ordres de Tuchel à Mayence, raconte une nouvelle anecdote et livre une preuve supplémentaire que l'Allemand ne se laisse pas marcher dessus par son vestiaire : "Miroslav Karan, un Slovaque, qui avait longtemps été capitaine mais qui jouait beaucoup moins avec Tuchel, avait donné une interview dans la presse pour se plaindre. Le lendemain, quand on est entrés dans les vestiaires, il y avait une feuille de papier posée sur la table avec des noms écrits dessus. Il lui a demandé ce que c’était selon lui. Miroslav lui répond qu’il ne sait pas, que ça ressemble à une compo d’équipe, et il lui a dit : 'non, ça c’est la liste de tous les joueurs qui ont moins joué que toi cette saison et qui pour autant n’ouvrent pas leur gueule dans la presse pour se plaindre'. On a tous été surpris par cet épisode, ça nous a montré le caractère très fort de Thomas Tuchel. On a vu à qui on avait affaire."

Exigeant mais souriant

Si l'émir du Qatar cherchait une forte tête pour donner du caractère à son PSG, il a trouvé un homme qui n'en manque pas. Toutefois pour Allagui, "professeur" convient mieux que "dictateur". C'est un bourreau de travail, exigeant, qui fait tout pour avoir ce qu'il veut, certes, mais qui se révèle souriant et "très cool" en dehors d'après le joueur de Sankt Pauli (Bundesliga 2). Reste à savoir si le courant passera comme il se doit avec les stars du vestiaire parisien. Début de réponse à l'été.

À découvrir aussi

Tu aimeras aussi

voir la suite des articles

Rejoins la communauté